Territoires

Val-de-Marne Sadev 94 a 30 ans

Sadev 94, qui a fêté le 16 juin ses 30 ans, aménage deux opérations emblématiques de la Métropole : Ivry Confluences (1,3 million de m²) et Campus Grand Parc à Villejuif. Basée à Vincennes, Sadev 94 (Société d’aménagement et de développement des villes et du département du Val-de-Marne) fut créée au lendemain des lois de décentralisation. Les élus locaux ont jugé nécessaire de se doter d’un outil assez puissant pour conduire leurs projets avec ambition. « Parmi les actionnaires, le bloc communal (50 %) est le plus important, suivi du conseil départemental (30 %) », explique le directeur général, Jean-Pierre Nourrisson. Présidée par Pascal Savoldelli, vice-président du conseil départemental du Val-de-Marne, la Sem, conçue à l’origine comme un « outil local » avec 10 millions d’euros de capital, emploie aujourd’hui 44 personnes et réalise un chiffre d’affaires de 70 à 80 millions. Intervenant ponctuellement hors du Val-de-Marne (Bezons, Grigny), Sadev 94 devrait étendre son champ aux franges du Val-de-Marne aux tissus urbains similaires. « Nous sommes en discussion avec des partenaires dans le quart sud-est de la Métropole pour développer encore notre champ d’intervention », précise Jean-Pierre Nourrisson qui se méfie du « gigantisme » et estime que les « outils » d’une Sem d’aménagement « doivent garder une dimension compatible avec une écoute des territoires, de leurs populations et des élus locaux ».

Effet levier de la Métropole du Grand Paris.

L’apparition de la Métropole du Grand Paris suscite deux « attentes » de Sadev 94. « Elle doit produire un effet levier pour amplifier l’action des élus locaux et, régulatrice, éviter les déséquilibres où quelques secteurs d’excellence laisseraient les territoires intermédiaires en déshérence », indique Jean-Pierre Nourrisson. A l’échelle de la ZAC, Sadev 94 applique, comme à Ivry et à Villejuif, ces principes d’équilibre, de mixité des fonctions urbaines (activités, logements, équipements), de mixité sociale, et d’objectifs de qualité urbaine, architecturale, environnementale, et économique. « Après trente ans de travail, conclut Jean-Pierre Nourrisson, nous avons acquis des compétences techniques, une connaissance des territoires, des acteurs publics et privés, et avons expérimenté ces principes d’équilibre et de mixité. A l’avenir, nous voulons amplifier notre rôle et confirmer notre place dans le Top 5 des aménageurs de la Métropole. »

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X