Territoires

Val-d’Oise Un budget 2015 pour peser face au Grand Paris

En dépit « d’un contexte financier très défavorable », le conseil départemental du Val-d’Oise préfère optimiser la dépense plutôt qu’augmenter les impôts, afin de « construire des projets ambitieux et innovants pour accompagner le développement du territoire ». Ce qui lui permet de peser « face au mastodonte métropolitain » que sera le Grand Paris. La majorité du président Arnaud Bazin a ainsi voté « un budget réaliste », équilibré à 1,203 milliard d’euros (-2,5 %) en mouvements réels.

Les dépenses de fonctionnement sont contenues à 0,7 % pour atteindre 938,1 millions dont 57 % (en hausse) consacrés au social et à la santé. L’effort d’investissement est similaire à l’année passée avec une enveloppe de 143,4 millions destinée aux dépenses d’équipement. L’accent est mis sur les infrastructures routières (61,5 millions, +6,71 %) tant en poursuite qu’en lancement de chantiers avec 6,6 millions pour l’entretien courant des 1 200 km de voirie ; le plan pluriannuel des collèges (24,1 millions) avec, notamment, deux restructurations programmées ; le soutien aux collectivités dans la réalisation de leurs équipements de proximité (28 millions) ou encore le déploiement du très haut débit…
Grâce au relèvement du taux, le Val-d’Oise compte sur 23 millions d’euros supplémentaires de recettes liées aux droits de mutation (DMTO) qui permettront d’atténuer la baisse de la dotation globale de fonctionnement. Le département va, par ailleurs, toucher 14 millions au titre du fonds de péréquation des DMTO. La capacité d’autofinancement est portée à 60,6 millions (-17 %) tandis que la dette s’élève désormais à 999,59 millions d’euros (+2,11 %), amortissable sur 13,6 ans.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X