Régions

Urbanisme Redécouvrir la Leysse

Mots clés : Collectivités locales

Le dynamisme démographique de la Savoie impose à Chambéry, si la ville veut tenir son rang, de conforter ses fonctions de centralité. Etendre le centre-ville est donc une préoccupation constante depuis vingt ans. Les années quatre-vingt-dix ont ainsi vu l’agrandissement au secteur de Curial, (médiathèque, centre culturel, centre de congrès, logements étudiants) ; les années 2000, l’extension vers le nord du centre-ville (place du palais de justice, cité des Arts), et la transformation des anciennes halles en nouvel îlot commercial pour un investissement de 40 millions d’euros.

Les années 2010 verront l’élargissement du centre à un nouveau quartier : la gare.

Tout part d’une nécessité technique : intervenir sur les dalles de la couverture de la Leysse, rivière couverte dans les années soixante sur 800 m pour élargir les avenues et créer des parkings. La nécessité d’intervenir sur les structures a poussé les collectivités à engager une réflexion plus globale sur le réaménagement de cet axe.

Un budget de 18 millions d’euros

Paul Chemetov, urbaniste lauréat du concours de maîtrise d’œuvre urbaine, s’attaque à transformer la principale « pénétrante » et quelques boulevards annexes en un axe urbain « apaisé » qui facilitera les relations avec la gare . « Ce sera un parc linéaire qui traverse la ville », assure l’urbaniste. Il reliera notamment Verney et Clos Savoiroux. Paul Chemetov organise la redécouverte de la Leysse – sur « 200 à 300 m, en fonction de l’évolution du coût de la construction » – comme annoncé en réunion publique. L’axe reste ouvert à la circulation, mais bus et modes de déplacements doux prennent leurs aises. Le pôle d’échange des bus s’installera le long du parc du Verney, stratégiquement à mi-chemin entre gare et centre-ville historique. Les véhicules emprunteront deux couloirs en site propre de 6,5 m de large en rive gauche de l’itinéraire ; piétons et cyclistes se réserveront une bande de 4,5 m en rive droite. Reste au milieu une à deux files de circulation pour les voitures. Un millier de places de parkings sont déplacées en périphérie de la zone. « Pour réaliser tout cela, je dispose d’un budget de 18 millions d’euros, que je ne dépasserai pas », annonce Paul Chemetov dont le contrat court sur cinq ans. Le plan directeur sera prêt en fin d’année 2009.

Restent les et emplacements théoriques du parking et de la passerelle de la Cassine et du futur quartier d’affaires .

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X