Architecture Energies renouvelables

Une transition à deux vitesses

Mots clés : Chauffage - froid - Energie renouvelable

Alors que la production électrique verte décolle, le chauffage renouvelable, lui, reste à la traîne.

Cependant, des bâtiments modèles parviennent à concilier les deux. Tour d’horizon.

Imaginées durant les années 1990, les démarches de qualité environnementale sont devenues un concept majeur de la construction. Les certifications HQE, Breeam ou Leed et les labels BBCA ou Effinergie constituent aujourd’hui des distinctions recherchées. Leurs critères d’évaluation influencent les choix des maîtres d’ouvrage. Ils contribuent ainsi à l’émergence de bâtiments plus économes en énergie. Cependant, les énergies renouvelables (ENR) ne profitent pas encore pleinement de cette dynamique. « On peut répondre aux exigences des référentiels sans utiliser les technologies qui exploitent ces énergies. Seuls les plus hauts niveaux de certification nécessitent d’y recourir », explique Sarah Cauquil, consultante en assistance à maîtrise d’ouvrage environnement au sein du bureau d’études Greenaffair.

Le photovoltaïque en force. Et ces bonnes notes n’intéressent que les clients les plus soucieux de leur image. « Hormis pour quelques grands comptes, les coûts freinent l’incorporation des ENR dans les projets tertiaires privés », constate Frédéric Billier, directeur de Novelige, la filiale de Vinci...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5912 du 10/03/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X