Actualité Entretien des routes

Une remorque pour la fabrication d’enrobés coulés à froid

Mots clés : Chaussée - Matériel - Equipement de chantier - Réseau routier

L’allemand Schäfer propose une unité mobile de production et de mise en œuvre d’enrobés coulés à froid (ECF), une technique d’entretien routier plus répandue en Allemagne qu’en France. Cette SMS 12000 se présente sous la forme d’une semi-remorque de 13,8 t à atteler à l’arrière d’un tracteur routier. Entièrement autonome, elle fabrique l’enrobé selon une formulation préprogrammée et le conduit en continu vers une table de pose située à l’arrière de l’engin, faite pour couvrir une voie complète puisque sa largeur minimale est de 2,40 m, et sa maximale, de 3,80 m. Le malaxeur intégré est alimenté en granulats depuis une trémie de stockage de 14 m³, en eau depuis une cuve de 4 300 l, en émulsion depuis une cuve de 5 200 l, en adjuvant (dope) et, éventuellement, en fibres. Cette véritable centrale roulante est animée par son propre moteur diesel de 90 kW pour ne pas dépendre du tracteur à laquelle elle est attelée. Sa capacité de production maximale est de 1,7 t/min, ce qui est largement suffisant pour ce type de matériau car l’enrobé coulé à froid se dépose en couche mince d’environ 1 cm. Juste avant la table de pose se trouve une rampe de projection de couche d’accrochage, souvent utilisée pour bien fixer sur la chaussée existante la nouvelle couche d’enrobé coulé à froid. Cet accessoire, qui dispose de sa propre cuve à liant, se situe en aval du dernier essieu de la remorque pour éviter que les pneus ne roulent dans l’émulsion fraîchement déposée. Le rechargement de la trémie à granulats se fait par le haut, à l’aide d’un camion benne équipé d’une benne preneuse qui peut ainsi intervenir directement sur le chantier. Shäfer Technic propose une variante pour les modèles plus petits, montés non pas sur semi-remorque mais sur porteur quatre essieux : le chargement frontal. Une trémie ressemblant à celle d’un finisseur est montée à l’avant du véhicule. Elle est reliée à un tapis convoyeur qui passe sous la cabine et verse dans la trémie de stockage. Ces engins modernes, dont Colas et Eurovia possèdent des exemplaires, vont peut-être devenir un classique dans chaque agence, tant les enrobés coulés à froid bénéficient actuellement d’un regain d’intérêt de la part des collectivités locales car ils constituent un moyen économique d’entretenir une chaussée.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X