Architecture Centre aquatique

Une optimisation du phasage de pose des éléments complexes

Dans la construction du centre aquatique de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), les poteaux des façades constituent l’un des points techniques à gérer. Réalisés en béton fibré à ultra-hautes performances (BFUP), ici du BSI d’Eiffage, et de formes complexes, ils sont de deux types : 40 sont porteurs et précontraints par post-tension. Leur diamètre ne descend jamais en dessous de 30 cm. Les 55 autres, non porteurs et baptisés laminaires comme les algues qu’ils évoquent, sont également en BFUP, mais leur épaisseur se réduit parfois à 3 cm. Tous habilleront les façades, elles-mêmes réalisées avec des vitrages de 6 x 2 m pesant 90 kg/m². Le building information modeling (BIM) a facilité leur mise en œuvre combinée.

Organiser le planning du chantier. Côté fabrication, le coulage des poteaux s’est déroulé en utilisant différentes zones d’un même moule. « Les dimensions précises ont été déterminées grâce au BIM, ce qui a servi à évaluer la quantité de béton nécessaire et à travailler les jonctions entre les poteaux et la charpente », indique l’architecte Thomas Pertriaux de l’agence Coste Architectures. Le BIM s’est aussi révélé utile pour organiser le planning du chantier. Dans certaines zones, les poteaux laminaires devaient être mis en place avant les vitrages. « En fonction de ces éléments, nous avons pu anticiper sur le cheminement des vitrages et renforcer la dalle à certains endroits pour qu’elle puisse accueillir des engins de levage adaptés. Lors de l’appel d’offres, nous étions déjà en mesure de sensibiliser l’entreprise à ces difficultés », détaille-t-il.

En recourant au BIM, l’architecte s’est heurté à la quantité trop importante de données à échanger. Le poids des modèles n’ayant pas été limité au départ, les fichiers étaient trop lourds. Un point important dont il tient déjà compte sur des opérations plus récentes.

Maîtrise d’ouvrage :Carene et Sonadev. Maîtrise d’œuvre : Agence Coste Architectures (architecte) ; BET : Serba (structure), Tual (fluides). Entreprises : André BTP, Feralu, AAB, Axima Concept, Saebi. Surfaces : 5 435 m², dont 1 185 m² de plans d’eau. Budget travaux : 17 millions d’euros HT. Début de chantier : septembre 2015. Livraison prévue : septembre 2017.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Logements sociaux - Un béton noir teinté dans la masse sans surcoût

A Paris (XVIIe ), le programme pour la construction d’un ensemble de 74 logements sociaux sur un rez-de-chaussée dédié aux commerces ne s’embarrassait pas de fioritures. L’ensemble de 5 190 m² de plancher devait être continu sans dépasser sept étages pour respecter le plan local d’urbanisme. « Intégrer ces exigences dans la maquette numérique du projet a permis de proposer une conception originale avec un ensemble organisé autour de trois cages d’ascenseurs, qui répond aux attentes, démontre sur plans que toutes les typologies de logements sont respectées et améliore l’accès à la lumière naturelle », explique Thibaut Robert, architecte et dirigeant de l’agence TRAA.

Nomenclature des angles. L’édifice est marqué par des plans de façades à multiples pans coupés, soit plus de 150 angles différents en phase concours. La base de données du building information modeling (BIM) a permis de créer une nomenclature des angles pour les optimiser en moins d’un mois sans passer par des dessins fastidieux. Au final, les angles ont été rationalisés pour qu’il n’en reste qu’une vingtaine de différents.

Le coulage des façades en béton autonettoyant, dépolluant et teinté en noir dans la masse ne débutera qu’en février 2017. Mais afin d’éviter les surcoûts liés à l’élaboration d’un matériau aussi spécifique, tout est déjà calé. Ainsi, la connaissance précise des quantités a permis d’atteindre le seuil critique de 650 m afin de bénéficier d’une production dédiée chez le cimentier. « En plus des façades, nous avons choisi de réaliser le hall et les parties communes du rez-de-chaussée en béton noir matricé », indique Thibaut Robert.

La mise en œuvre devrait être également optimisée : le coulage du béton autoplaçant sera réalisé par une équipe réduite d’ouvriers du groupe Legendre. Celle-ci ne coulera que 12 m linéaires de façade par jour au lieu des 40 m prévus. Afin de conserver les mêmes délais de chantier, le phasage des opérations a été organisé suivant le modèle des tours : tandis que la réalisation des voiles des niveaux supérieurs sera en cours, les lots techniques secondaires commenceront à travailler dans les étages inférieurs.

Maîtrise d’ouvrage :ICF Habitat La Sablière. Maîtrise d’œuvre et BIM Management : TRAA. BET : Tekhné. Entreprise : Legendre Ile-de-France. Budget travaux : 8,74 millions d’euros HT. Début de chantier : juin 2016. Livraison prévue : janvier 2018.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X