Territoires Bormes-les-Mimosas

Une marina sauvée des agressions marines

Réparer durablement les bétons d’une marina de plus de 300 logements des années 1970, fortement exposée aux agressions du milieu marin : c’est le chantier très technique, réalisé avec des moyens conséquents, que la société Technirep, spécialisée dans les travaux spéciaux (5 millions d’euros de chiffre d’affaires, 25 personnes), est en train de conduire par tranches sur le port de Bormes-les-Mimosas (Var). « Depuis une dizaine d’années, les copropriétaires de cette résidence investissaient 200 000 euros par an pour réparer superficiellement les façades de leurs immeubles. Ils ont fait le choix d’une véritable opération d’investissement, en traitant en profondeur les désordres des bétons », détaille Christophe Paulard, directeur général de Technirep, une filiale du groupe ETPO. Cas de figure loin d’être isolé pour des constructions réalisées à l’époque sur le littoral sans précautions particulières, les diagnostics préalables (par carottage, à trois niveaux de profondeurs différents) sur la chloration des bétons ont révélé des structures fortement mises à mal par l’environnement maritime…

Suivi de la chloration.

En particulier, les poteaux de soutènement de la terrasse avec piscine de la copropriété se rapprochaient dangereusement d’un point de rupture. « Ce diagnostic nous a permis de définir trois types d’intervention sur les façades en fonction de leur exposition : la simple réparation des bétons en détourant les aciers, le remplacement des aciers de ferraillage lorsque la corrosion était trop importante, avec projection d’une nouvelle couche de béton de 5 cm d’épaisseur et enfin, en plus de ces réparations, l’installation d’un réseau d’anodes sacrificielles avec suivi de la chloration dans le temps par du monitoring », précise Christophe Paulard. Pour retirer les bétons dégradés, l’entreprise a mis en œuvre de l’hydro-démolition à 2 500 bars de pression, avec récupération et traitement des eaux usées avant leur rejet.

Les bétons, à forte compacité et à faible retrait, stockés dans deux silos installés sur le chantier, sont projetés à la lance sur une forte épaisseur. Les étanchéités des balcons ont également été reprises. Au final, une peinture de protection classée D3 est appliquée sur les façades. Pour traiter 18 000 m² de surface avec des moyens lourds, la principale contrainte de ce chantier qui mobilise une trentaine de personnes est la gestion des nuisances. Les travaux sont donc effectués pendant les périodes hivernales et s’interrompent avant l’été. Une première tranche sur un bâtiment va s’achever fin mai et deux autres suivront, en 2017 et en 2018.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Maîtres d’ouvrage : Yacht Club du port de Bormes-les-Mimosas et copropriété de La Formigue. Architecte : Gilles Aubert. BET : Auxitec Ingénierie. Entreprise : Technirep. Coût des travaux: 3 millions d’euros HT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X