Architecture Technique Equipement

Une Maison de l’enfance aux avant-postes

Mots clés : Enfance et famille - Urbanisme - aménagement urbain

Le bâtiment marque l’entrée de la ZAC Amphithéâtre de Metz (Moselle).

La Maison de l’enfance fait partie des bâtiments singuliers de la ZAC de l’Amphithéâtre de Metz (Moselle). Ce projet d’aménagement de 39 hectares, piloté par l’agence Nicolas Michelin et associés (ANMA), accueillera d’ici à 2019 une importante densité de commerces, bureaux, équipements culturels et logements.

A deux pas de la gare, à 5 minutes du centre Pompidou, face à la grande Halle, le bâtiment marque une des deux entrées nord de la ZAC et forme l’articulation entre le passage de l’Amphithéâtre (liaison piétonne entre ZAC et centre-ville), le parvis des Droits de l’homme et l’avenue François-Mitterrand.
Sur ce territoire, assurer une qualité architecturale et environnementale est un des objectifs premiers de la maîtrise d’ouvrage. « Pour nous, la démarche de certification est indissociable de la conception et de la réalisation du bâtiment », souligne Christophe Milair, responsable de la cellule Stratégie bâtiment à la mairie de Metz.
L’agence BMC2 (Arnaud Bical et Laurent Courcier) réalise ici un « équipement-signal » en proue du nouveau quartier vitrine de la ville. « L’enjeu était de répondre à des prescriptions urbaines strictes et à une volonté de densité », note Arnaud Bical. Le bâtiment est extrudé en suivant les contours de la parcelle, taillé par un encorbellement sur deux niveaux et ouvert au sud par une toiture habitée et de larges terrasses filantes. L’enveloppe métallique se déplie sur l’ensemble des six faces du volume et forme un objet unitaire d’apparence massive. Dessiné frontalement, chacune de ses façades a fait l’objet d’une variation sur les ouvertures, en fonction de son environnement et des besoins d’ensoleillement.

Antidote.

Monolithique et introverti, le bâtiment ne laisse rien deviner de sa programmation le jour. Sur l’avenue François-Mitterrand, le calepinage resserré de l’enveloppe et ses fines ouvertures brouillent la lecture. De nuit, les incisions lumineuses offrent de grandes perspectives traversantes, tandis qu’un jeu de couleur en transparence donne à voir l’activité.

Le socle constitué des deux premiers niveaux est destiné à une spacieuse ludothèque. Les deux niveaux supérieurs en encorbellement accueillent la crèche (60 berceaux) et les locaux de services. La toiture habitée vient surplomber un jardin intérieur au calme. Une structure poteaux-dalles, sans retombées de poutres, libère des plateaux pour davantage de flexibilité à court et à long terme. Organisés sur une trame large, pièces de vie et locaux de services sont placés en quinconce pour faciliter les échanges. Les espaces sont distribués par un large couloir central (prolongeant les pièces de vie au nord) et par un système de portes vitrées entre les pièces. « Une double circulation et la transparence visuelle (cloisonnement vitré en partie supérieure) sont un antidote au fractionnement de petites pièces, explique Arnaud Bical. Le parcours est fluide et permet de communiquer entre les espaces en suivant une boucle. »
Les architectes ont opté pour une palette réduite de matériaux. La structure en béton se fait discrète. Une ossature bois légère, épaisse de 30 cm, enveloppe la volumétrie. Un système modulaire de panneaux métalliques, dimensionnés et répétés sur un pas de 50 cm, vient caréner l’ensemble. « Le choix du revêtement s’est porté sur un produit relativement standard, note Julien Gavet, chef de projet. Nous l’avons adapté par un travail de pliage et de jointure pour soigner le retournement des embrasures. » Sur cette trame, les détails d’exécution sont soignés : seules les lisses horizontales sont visibles pour accentuer l’élancement du bâtiment.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Maîtrise d’ouvrage : CCAS Metz. AMO : ZGIR Environnement (HQE). Maîtrise d’œuvre : BMC2 (Arnaud Bical, Laurent Courcier), architectes ; Julien Gavet, chef de projet. BET : Batiserf (structure), Louis Choulet (fluides), Michel Forgue (économiste), Ayda (acoustique). Bureau de contrôle : Apave. Entreprise générale : Groupe 1000 Lorraine. Surface : 1 700 m² Shon. Coût : 3,5 M € HT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X