Technique et chantier

Une grue à tour monte à 130 m sans ancrage

Mots clés : Matériel - Equipement de chantier

Bâtiment. Wolffkran a réussi l’exploit de sceller une grue « topless » en un temps record, à l’occasion d’un chantier de façade en Allemagne. Il était, de toutes façons, impossible de faire autrement…

Soit une grue à structure « topless » de 130 m de hauteur sous crochet, équipée d’une flèche de 60 m de long, d’une capacité de 8,5 t et gardant 3,1 t de capacité en bout de flèche. Une belle machine, assurément, mais pas exceptionnelle. Sauf que celle-ci n’est ancrée nulle part, ce qui est extrêmement rare à cette hauteur. C’est pourtant ce que Wolffkran a réussi à faire à Cologne, en Allemagne, pour son client Bilfinger Hochbau. Ce dernier intervient sur la rénovation d’une tour de bureau qui va être équipée d’une nouvelle façade. Ce chantier nécessitait de recourir à un moyen de levage suffisant pour les lourds vitrages et leurs structures métalliques. Or «il était impossible d’installer la grue suffisamment près du bâtiment pour pouvoir l’y ancrer, explique Carsten Druske, directeur de division chez Wolffkran. De plus, aucun bâtiment voisin n’avait un toit capable de supporter une grue de 152 t ». Seule solution : installer la grue là où cela restait possible, ne l’appuyer sur rien et la sceller dans un impressionnant massif de fondation. Celui-ci est constitué d’un cube de béton de 12 m de côté et d’un poids de 1 300 t, reposant lui-même sur des pieux profonds de 18 m. La hauteur sous crochet de la grue nécessite l’installation d’un treuil rapide atteignant une vitesse de 115 m/min. Bien sûr, un ascenseur extérieur a dû être installé le long du mât pour accéder à la cabine. Sans lui, il aurait fallu quarante minutes au grutier pour monter à pied, et autant pour descendre ! Outre la pénibilité et la perte de temps − compter deux heures pour une « pause pipi »… −, l’ascenseur est aussi un accessoire de sécurité qui permet à d’éventuels secours d’accéder rapidement à la cabine au cas où le grutier serait pris d’un malaise. Dernier superlatif : Wolffkran a monté cette grue en deux jours et demi seulement. Pour y parvenir, certains éléments de flèche et de mâture ont été préassemblés au sol en sous-ensembles, puis mis en place à l’aide d’une grue mobile d’une capacité de 750 t. Un engin que l’on rencontre plus souvent pour lever le tablier d’un pont que pour assembler une grue à tour. Outre sa nouvelle façade, l’immeuble en rénovation va moderniser tous ses réseaux techniques, et remplacer ses ascenseurs. Le chantier va durer environ deux ans pour une livraison prévue en 2017.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X