Régions Paca

Une flopée de projets pour fluidifier le trafic

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Entreprise du BTP

2 500 logements intermédiaires sont programmés sur la métropole Aix-Marseille-Provence.

40 % des surfaces commerciales prévues dans les Alpes-Maritimes concernent l’écovallée Plaine du Var.

CCI Côte d’ Azur.

1 660 jeunes ont été formés aux métiers du BTP dans le Vaucluse en 2015-2016.

FBTP 84.

Fini le flot incessant de véhicules qui traversent Miramas (Bouches-du-Rhône). Inaugurée ce 17 mars après trois ans de travaux pour un coût de 49 M€, la 2 x 2 voies de 3 km de long va permettre de reporter plus de la moitié du trafic (soit 12 000 véhicules de moins par jour) qui congestionne le centre-ville de la commune située au nord de Marseille.

Cofinancé par l’Etat, les collectivités et le grand port maritime de Marseille, le projet global comprend la réalisation de trois ouvrages, dont un pont pour un futur embranchement ferroviaire vers la plate-forme multimodale de Clésud et un viaduc béton/ charpente métallique de 216 m de long situé à 15 m au-dessus de la voie ferrée reliant Avignon (Vaucluse) et Marseille. Né dans les années 1980, ce projet est très attendu localement.

« C’est un élément du programme d’amélioration de la desserte routière des bassins ouest du port maritime. Il s’agit de créer une continuité d’itinéraires hors agglomération entre la zone industrielle et portuaire (ZIP) de Fos-sur-Mer et le réseau autoroutier A7 et A9 via l’A54, en particulier pour les poids lourds qui sont actuellement interdits de traversée de Miramas. Cette continuité contribuera au développement de l’activité économique et logistique de la ville et des communes alentours », explique la direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal) Paca.

Limiter les nuisances. La prochaine étape sera le contournement de Martigues-Port-de-Bouc, déclaré d’utilité publique le 1er février 2017. L’investissement de 145 M€, dont 68 financés dans l’actuel contrat de plan Etat-région (CPER), consiste à créer une 2 x 2 voies d’environ 7 km. Les travaux devraient intervenir à la fin 2018. Là encore, il s’agit de limiter les nuisances en déplaçant la RN 568 dans un espace moins densément peuplé et d’améliorer la desserte des zones économiques.

A plus long terme, le contournement d’Arles et la liaison Fos-Salon compléteront le maillage autoroutier de la région. Le contournement d’Arles, inscrit à titre d’études dans le CPER, correspond à une déviation par le sud de l’actuelle RN 113. Il faudrait 580 M€ pour réaliser 25 km de voies dont un viaduc de franchis-sement du Rhône de 1,6 km. La future autoroute entre Fos-sur-Mer et Salon-de-Provence participe, elle, de la volonté des collectivités et de l’Etat d’une meilleure connexion de la ZIP au territoire. Au stade des études d’opportunité, cela consiste à créer deux tronçons nouveaux au nord et au sud, puis d’élargir sur place la RN 569 dans la partie centrale. La Commission nationale du débat public devrait être saisie début 2018. Le projet, dont le montant dépasserait les 500 M€, doit répondre à de nombreux enjeux environnementaux en raison notamment de la proximité de la plaine de la Crau et d’installations industrielles classées.

Après le bassin autour de l’étang de Berre, le département du Vaucluse est l’autre priorité de la région avec la liaison est-ouest (LEO) d’Avignon, qui reliera la section 1 (Rognonas/ Courtine), déjà mise en service en 2010, à la RN 7 par la section 2. Ce projet bouclera le contournement sud d’Avignon. D’un montant de 142 M€, il vient d’être relancé dans le cadre d’un avenant au CPER. Les travaux devraient commencer à la fin 2018.

Mieux connecter la RD 994 et RN 85. Les départements alpins ne sont pas en reste. Longue de 9 km, la rocade de Gap (Hautes-Alpes) doit mieux connecter la RD 994 et la RN 85. Sur les trois sections programmées pour un montant total de 41 M€, la centrale (3 km) est en cours de chantier. Restent à lancer les appels d’offres pour les terrassements en juin et à étudier l’opportunité des sections nord et sud. L’aménagement du carrefour de Tallard (coût : 4 M€) sur la RN 85 au sud de Gap complétera ce dispositif. Dans ce secteur, la Dreal conduit un diagnostic d’ensemble pour définir le meilleur aménagement susceptible d’améliorer le trafic entre Sisteron (Alpes-de-Haute-Provence) et Grenoble (Isère).

Sur la même RN 85, plus au sud, la Dreal va lancer la concertation préalable à l’enquête publique de la desserte de Digne-les-Bains. Une fois l’arrêté de déclaration d’utilité publique obtenu, elle espère démarrer les travaux d’ici à la fin du CPER (coût : 30 M€).

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

12 000 heures de clauses d'insertion

Pour réaliser la déviation de Miramas, la Dreal Paca a attribué trois principaux marchés. Le viaduc a été confié à un groupement composé de Bouygues (mandataire) et de Bodin Châteauneuf.

Les terrassements et autres ouvrages – rétablissement de tous les canaux d’irrigation utilisés pour des aménagements paysagers -l’ont été à Bouygues (mandataire) associé à Agor. Le lot chaussées et rétablissements nord et sud a été confié à Eiffage, mandataire du groupement composé d’AER et de Razel-Bec. La Dreal avait imposé 10 000 heures de clauses d’insertion sociale. Au final, 12 000 heures ont été réalisées. La maîtrise d’œuvre routière a été assurée par le service d’ingénierie routière de la direction interdépartementale des routes Méditerranée. Enfin, des centaines de mètres d’écrans de protection acoustique, des haies boisées sont les exemples de l’aménagement conçu par le cabinet H et R pour intégrer le mieux possible l’infrastructure dans la plaine de la Crau.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X