Régions Ain

Une ferme d’hydroliennes fluviales sur le Rhône

Mots clés : Établissements industriels, agricoles, ICPE

Producteur d’énergies 100 % renouvelables, la Compagnie nationale du Rhône (CNR) se lance dans une nouvelle aventure avec l’installation d’une ferme d’hydroliennes fluviales en aval du barrage de Génissiat, situé sur le haut Rhône (Ain). Le projet, porté avec la PME grenobloise HydroQuest et CMN, a été retenu par l’Ademe dans le cadre du programme « Démonstrateurs pour la transition écologique et énergétique » des investissements d’avenir (PIA) et de l’appel à projets lancé en 2015. Mise en service à la fin 2018, cette installation comprendra 39 hydroliennes fluviales HydroQuest River d’une puissance installée totale de plus de 2 MW et d’une production moyenne annuelle de 6 700 MWh (soit la consommation annuelle d’environ 2 700 habitants et 2 évitées par an).

Linéaire de 2 km. Dans ce secteur du Rhône très encaissé, les hydroliennes seront installées par groupes de trois, tous les 150 m environ, sur un linéaire de 2 km. « Ce projet de ferme d’hydroliennes fluviales constitue une première mondiale au regard de sa dimension et de sa complexité. Il permettra de valider la viabilité technico-économique de cette récente et innovante technologie de production d’énergie renouvelable », souligne Ahmed Khaladi, chef de projet chez CNR.

La gamme d’hydroliennes fluviales développée par Hydro-Quest utilise l’énergie cinétique des cours d’eau. Ainsi, la production d’énergie se fait de manière régulière et prédictible. Les hydroliennes sont adaptables à tout profil de rivière offrant un minimum de 2 m de tirant d’eau. Fabriquées en France, elles se composent de turbines hydrauliques à axe de rotation vertical et reposent sur une barge flottante amarrée au fond du fleuve, afin de faciliter la maintenance et les contrôles. « Le modèle HydroQuest River 1.40 se compose de deux turbines hydrauliques avec une puissance nominale électrique de 40 kW. Le modèle HydroQuest River 2.80 dispose, lui, de deux étages avec une puissance nominale électrique de 80 kW », précise le concepteur. Pour ce projet, la CNR sera chargée de l’exploitation, de la maintenance et de l’ingénierie hydroélectrique de la ferme.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X