Chantier

Une charpente en lamibois coiffe les thermes de Kaifu-Bad à Hambourg

Mots clés : Architecte - Charpente - Produits et matériaux

Pour remplacer la charpente délabrée de cet établissement de bains historique, les architectes ont opté pour une solution en lamibois d’épicéa sans aucun raccord en métal sujet à la corrosion.

Édifié en 1895, les thermes de Kaifu-Bad constituent le plus ancien établissement de bains construit à Hambourg, en Allemagne. Le bâtiment, classé monument historique, avait connu un agrandissement en 1905 par l’ajout d’un bassin. Situé au nord-ouest de la ville portuaire, ce complexe vieillissant, longtemps resté sans entretien, est resté fermé au public pendant de nombreuses années en raison d’un risque sérieux d’effondrement de sa toiture. Le projet pointu de rénovation de cet ouvrage ancien – qui a été conçu et réalisé par le cabinet d’architecture MRLV Architekten (Mirjana Markovic, Aleksandar Ronai et Manfred Voss) – a fait l’objet d’un certain nombre de défis architecturaux et techniques. Il s’agissait, en effet, de respecter le plus possible la conception originelle de grande qualité du bâtiment, d’employer des matériaux durables et tolérant un haut degré d’humidité, et, enfin, de remettre l’édifice aux normes en vigueur concernant la réception du public.

Autre contrainte non négligeable : convertir la piscine de la halle principale en un bain contenant de l’eau salée. Ce qui « s’est révélé être une gageure inhabituelle pour nous, remarque Manfred Voss. Si l ‘eau salée contenant 6 % de sel est adaptée aux êtres humains, elle devient nocive pour les éléments structurels en acier, à cause du risque de corrosion induit ».

L’acier ou le béton étaient donc inadaptés à la réfection de l’ouvrage. Le mauvais état des anciennes fermes en bois de la charpente, pourvues de ferrures métalliques, a nécessité de les remplacer par des éléments en bois neufs, dénués de pièces de jonction en acier. Une approche atypique que les concepteurs ont menée en étroite collaboration avec l’ingénieur structure Stefan Heidrich du Bet WTM Engineers.

Un procédé fiable et performant

La solution du bois, utilisé comme matériau principal, est ainsi apparue bien adaptée à ce cas de figure, puisqu’elle a permis de résoudre la question de la corrosion inhérente à l’eau salée et chlorée et celle des changements de température propres à tout milieu aquatique. Les architectes ont choisi, pour rénover la charpente, des fermes en bois Kerto LVL (pour laminated veneer lumber) de chez Metsä Wood (fabricant finlandais). Ce lamibois se compose de placages minces d’épicéa formant des panneaux de dimensions variées (de 1,80 m à 2,50...

Vous lisez un article de la revue CTB n° 356 du 08/12/2016
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X