Territoires Isère

Une avalanche de projets à l’Alpe d’Huez

Comme figée dans son écrin de nature, l’Alpe d’Huez s’est peu transformée ces dernières années en raison d’un plan local d’urbanisme en concertation depuis… dix ans ! Avec son entrée en vigueur en janvier 2016, « la station est aujourd’hui prête pour aborder une nouvelle phase de son développement », selon François Badjily, directeur de l’office de tourisme. Un programme d’investissements et de travaux pouvant aller jusqu’à 425 millions d’euros de fonds publics et privés, élaboré par les services de la commune, attendait en effet dans les cartons.

En ouvrant à la construction les secteurs des Bergers, de l’Eclose, de l’Eclose ouest et des Passeaux, ce sont 70 000 m2 de surface de plancher et 4 600 lits que la station s’apprête à construire pour un montant de 200 millions d’euros. Pour le maire Jean-Yves Noyrey, « l’objectif est d’augmenter la part des lits commerciaux qui resteront des lits chauds. Ils sont pour l’instant 10 000 sur un total de 34 000 lits ». Chaque secteur développera ainsi une écriture architecturale spécifique à travers des résidences de tourisme, des hôtels (800 lits), des parkings publics (350 places)… « En parallèle, nous accompagnerons ces réalisations par un programme de requalification des voiries et des espaces publics pour un budget de 5 millions d’euros d’ici à 2020 », ajoute l’édile. Les premières grues devraient s’installer sur le secteur des Bergers au printemps 2018, après la finalisation des permis de construire en 2017.

Réduire l’impact visuel des remontées.

Au volet urbain s’ajoutera un volet « remontées mécaniques » porté par la Société d’aménagement touristique Alpe d’Huez et des grandes rousses (Sata), qui vient d’être reconduite comme délégataire de service public. Outre des aménagements d’environ 40 millions d’euros touchant directement au domaine skiable jusqu’en 2022, une liaison urbaine par câble de 2 km reliera le village d’Huez (alt. 1 450 m) à la station (alt. 1 860 m). Cet investissement de 30 millions est planifié en deux tronçons : de l’office de tourisme au front de neige des Bergers en 2017, d’Huez à l’office du tourisme pour 2018. « L’ambition de ce programme est d’accroître le débit et de réduire l’impact visuel des remontées : 180 pylônes ont déjà été retirés ces cinq dernières années », souligne le maire. Enfin, un projet de liaison avec les stations des Deux Alpes est à l’étude pour une validation en 2019 et une mise en service à l’horizon 2021. Il pourrait se doubler, à l’horizon 2025, d’une liaison avec le domaine des Sybelles. Ce qui représente des enjeux financiers respectivement de 80 et 50 millions d’euros.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X