Territoires Nord

Une ancienne brasserie reconvertie en pôle culturel

Mots clés : Restaurant

C’est un projet remarquable à plus d’un titre. Et tout d’abord par son site, inscrit à l’Inventaire des monuments historiques. Située dans l’ancienne abbaye bénédictine de Marchiennes, au cœur du parc naturel régional Scarpe-Escaut, la « brasserie Dufour » constitue un des plus beaux témoignages de l’intense activité monastique qui marqua l’histoire de la région. A l’abandon depuis trop longtemps, le lieu, qui dispose d’une magnifique salle voûtée, connaîtra bientôt une seconde vie en se métamorphosant en pôle culturel et touristique.

Près de 100 candidatures.

« A l’origine, cette réhabilitation devait être conduite sous maîtrise d’ouvrage intercommunale dans le cadre de la mise en place d’un réseau de lecture publique, explique Patricia Audureau, directrice générale des services de la mairie de Marchiennes. Mais finalement, la communauté de communes Cœur d’Ostrevent (73 000 habitants) n’a pas suivi. Nous avons malgré tout décidé de mener l’opération à son terme. » Et voilà comment une commune de 4 700 habitants se retrouve à organiser un appel d’offres européen pour la sélection d’un architecte ! « Nous avons reçu 96 candidatures, poursuit Patricia Audureau. Un certain nombre en provenance d’Espagne et d’Italie. » Et c’est Opus 5 Architectes (Bruno Decaris et Agnès Pontremoli) qui l’a emporté devant Fabre/Speller et BRS. Le lauréat travaillera sur un bâti approchant les 1 000 m2 de surface utile mais il devra intervenir sur l’ensemble du site, soit 6 900 m2. A son cahier des charges : l’aménagement d’un parvis, d’un jardin protégé, d’une liaison piétonne, d’une passerelle au-dessus d’un cours d’eau et de 30 places de stationnement. Coût prévisionnel des travaux : 2,188 millions d’euros HT.

Pour boucler son financement, Marchiennes a fait appel à la Drac et au conseil départemental. C’est ainsi que le projet initial de salle de spectacle a gagné en ambition pour devenir un pôle culturel et touristique, incluant une médiathèque, une ludothèque, une école de musique et l’office de tourisme. La Ville a aussi déposé un dossier afin de bénéficier de fonds européens.
Menées par le BET Emergences Sud, les études d’avant-projet seront remises le 17 juillet, le permis de construire devant être déposé deux semaines après. Le lancement des marchés est prévu pour début 2016 et la livraison en 2017.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X