Régions Honfleur

Un village de marques made in Normandy

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Etat et collectivités locales - Gestion des chantiers - Gestion des déchets - Politique du logement - Transport ferroviaire

3,9 millions de tonnes de déchets de chantier ont été recyclés dans les Hauts-de-France en 2015.

80 M€ Coût du chantier de modernisation par SNCF Réseau de la ligne Amiens-Laon.

3 530 euros Prix moyen de vente au mètre carré d’un logement neuf à Caen (2 720 euros dans l’agglomération).

« Le temps est le meilleur ami des projets. » Pour peaufiner celui du Honfleur Normandy Outlet (Calvaldos), l’architecte Edouard François en a disposé entre ses esquisses en 2008, pour le concours initial dont il ne fut pas lauréat, et le 14 octobre dernier, jour de la pose de la première pierre du premier village de marques normand. Au terme d’un feuilleton à rebondissements d’une dizaine d’années, le chantier a enfin démarré en juillet dernier et les terrassements sont aujourd’hui achevés. « Même si, en août, le projet était une nouvelle fois bloqué en raison des exigences particulières d’un gros client américain », confie l’architecte, dont le projet fait désormais l’unanimité.

A l’automne 2017, « la phase 1 » du Honfleur Normandy Outlet ouvrira ses portes avec une soixantaine de boutiques, des cellules comprises entre 80 et 1 200 m , sur une surface de 12 700 m . « La phase 2, qui totalise une centaine de boutiques sur 18 000 m , sera lancée en 2019 ou 2020, une fois la phase 1 commercialisée à 90 % », explique Mark Owen, représentant de Resolution Property, le fonds d’investissement britannique qui mise une soixantaine de millions d’euros sur cette opération. « Après moins d’un an de commercialisation, le taux de signatures a atteint 50 % pour des baux de 12 ans en moyenne, se réjouit Franck Verschelle, président d’Advantail, opérateur commercial du projet. Il devrait atteindre environ 65 % à la fin de l’année, ce qui est un taux excellent. » Parmi les signataires, certains ont officialisé leur venue. C’est le cas de Vivarte, Lindt, Pepe Jeans, Levi’s, O’Neill, Kusmi Tea ou encore des Galeries Lafayette, qui entraînent avec elles une cinquantaine de marques. D’autres, comme Nike, ne souhaitent pas encore être cités même si leur logo apparaît sur les premiers supports publicitaires.

Un équipement « invisible et silencieux ». Pour attirer à terme deux millions de visiteurs annuels et atteindre un chiffre d’affaires de l’ordre de 100 millions d’euros, les promoteurs du projet affirment disposer de deux atouts maîtres : le potentiel d’attractivité de Honfleur, qui accueille près de quatre millions de touristes chaque année, et l’originalité architecturale du projet. « Ce n’est pas un énième retail park , assure Alain Kendirgi, directeur général de la Shema, aménageur et cheville ouvrière du projet. Il fera vieillir prématurément les autres centres et, selon les études des meilleurs spécialistes européens, intégrera très vite le top 5 national. » Pourtant, Edouard François a conçu un équipement « invisible et silencieux, en phase avec un site exceptionnel, un écrin en bordure de l’estuaire de la Seine ». Il a ainsi dessiné des collines artificielles plantées de 4 000 arbres, trois maisons normandes « comme des cathédrales en écho avec l’architecture médiévale de la ville » ou encore des toitures végétalisées pour cultiver la discrétion du site, visible du pont de Normandie.

VRD et terrassements :Eiffage, Tinel et Mastellotto. Gros œuvre : Seel. Charpentes et bardages : Serru, Foucault. Menuiseries extérieures, verreries : C2MH. Etanchéité : SEB. Peinture : Pierre. Cloisons, plafonds, menuiseries intérieures : Galli. Plantations : Vallois.

Lumière : Concepto, Roger Narboni.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X