enjeux

Un vaisseau de béton pour les Jacobins

Mots clés : Béton - Établissements de culte, funéraire

Au cœur de Rennes, le nouveau centre des congrès s’intègre en douceur à un ancien couvent du XIVe siècle.

Responsable administrative et financière à Rennes Métropole, Catherine Herrou vient de passer l’ultime marché du futur centre des congrès : le lot mobilier. Pour l’équipe de maîtrise d’ouvrage coordonnée par Michèle Le Loir, c’est la fin d’une aventure d’une dizaine d’années, dont une bonne moitié consacrée exclusivement à ce projet ambitieux, tant par son envergure (15 000 m de surface de plancher en secteur historique) que par les techniques de gros œuvre déployées.

Un chantier hors normes, donc, pour un projet architectural (et un choix politique) qui l’est tout autant : implanter un centre des congrès 2. 0 en plein cœur du vieux Rennes, place Sainte-Anne, sur le site hypercontraint de l’ancien couvent des Jacobins, datant du XIVe siècle. Le concours lancé en 2009 attire les architectes : Tadao Andō, Renzo Piano, Marc Barani… et Jean Guervilly. Le Breton coiffe au poteau les deux Pritzker et l’Equerre d’argent 2008 en poussant la logique du programme jusqu’au bout. Certes, il orchestre le dialogue attendu entre des volumes contemporains et les bâtiments conventuels. Mais, plus encore, il libère les volumes phares, notamment la nef, des planchers intermédiaires rajoutés au fil des transformations.

Forêt de pieux. Or, le programme est dense, sans possibilité de modification du PLU : deux auditoriums de 1 000 et 500 places, une salle de 300 et une vingtaine d’autres plus petites, etc. La maîtrise d’œuvre, associée pour la partie monuments historiques à l’agence Perrot & Richard, préconise donc de construire aussi sous le couvent. D’où la phase délicate de reprise en sous-œuvre. Confié en lot unique à Sogea Bretagne et ses filiales, le chantier débute par des opérations d’excavation et de soutènement (80 000 m de déblais pour six mois de terrassement). Un trou béant de 80 mètres par 100, et profond de 16 mètres, réalisé à la petite cuillère.

A l’hiver 2015, le couvent et son cloître se retrouvent suspendus à 15 mètres au-dessus du sol… soutenus par une forêt de pieux et de micropieux. Autre moment mémorable : l’acheminement par convoi exceptionnel à travers un dédale de ruelles de neuf poutres reconstituées soudées (PRS) du grand auditorium, dont les plus longues mesurent jusqu’à 36 m. Le second œuvre ne sera pas de tout repos non plus, les modifications apportées par le futur exploitant devant être réintégrées dans le respect du projet architectural.

Initialement prévue courant 2016, la livraison est finalement attendue pour cet été. Destination Rennes a d’ores et déjà commercialisé 167 événements dans le centre des congrès. Drapée de leds, la tour signal va pouvoir bientôt éclairer la nouvelle vie du couvent des Jacobins.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Vous êtes intéressé par le thème Chantiers ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X