Régions Auvergne

Un toit de 3 400 t pour le campus Michelin

Eiffage mène, depuis janvier, l’une des plus importantes opérations privées en France : la construction du Campus-RDI (recherche, développement, industrialisation) du groupe Michelin à Cébazat, près de Clermont-Ferrand. Ce projet de 270 millions d’euros entre actuellement dans une phase aussi technique que symbolique. Dix mois après la pose de la première pierre, les huit bâtiments du site sont peu à peu recouverts d’une ombrière monumentale, sous laquelle se déploiera un atrium de 320 m de long.

Pour jouer pleinement son rôle, cette ombrière de 3 400 tonnes affiche des proportions très généreuses : 26 000 m2 de surface, 350 m de long, 73 m de large. « Pour Eiffage, c’est une première », insiste Christophe Chevrier, son directeur régional. La structure en acier est fabriquée dans les usines d’Eiffage Construction métallique de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône) et Maizières-lès-Metz (Moselle). Douze nappes sur un total de 20 sont déployées dans un premier temps. La pose de chaque élément s’effectue en une journée, grâce à une grue de 80 m de haut pour une capacité de levage de 1 250 tonnes. « Cette ombrière est la signature architecturale du campus », explique Pierre Robert, directeur du centre technologique. « Son architecture est à la fois contemporaine, simple et sans ostentation. Elle unifie les volumes, fédère l’ensemble du site », ajoute Lorraine Chazal, chef de projet de l’atelier d’architecture Chaix & Morel et Associés.
L’ombrière permet aussi de protéger le site des intempéries, et d’offrir un cadre agréable en toute saison. Une légère pente sur la verrière permet d’évacuer les eaux pluviales dans les poteaux de soutènement. Trois années ont été nécessaires pour concevoir cet immense toit de verre et d’acier, répondant aux contraintes sismiques puydômoises. « Plusieurs modélisations ont été réalisées, afin de gérer le comportement du métal sur le béton. En définitive, l’ombrière se comporte comme une dalle rigide », précise Wilfrid Delamaide, directeur de projet chez Ingérop. La première phase du Campus-RDI s’achèvera à l’automne 2015, pour une livraison définitive début 2019.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X