Actualité Reims

Un tiers du parc concerné par l’Anru

Premier grand chantier entrepris dans le cadre de l’opération de renouvellement urbain de Reims, le quartier Wilson est logiquement celui qui a déjà le plus changé. Ce quartier excentré de la ville a subi une véritable métamorphose, puisqu’il a été presque entièrement rasé et reconstruit. Symbole de cette mue, la mise en service d’équipements publics neufs, sous maîtrise d’ouvrage de la commune : la salle municipale polyvalente Rossini en 2008 (architecte : Christelle Petit-Gérard, ville de Reims), la maison de quartier (architecte : Giovanni Pace) et le groupe scolaire Ravel (architecte : Thienot-Ballan-Zulaica) au 1 er  semestre 2010. Plusieurs petits collectifs et quelques maisons individuelles ont remplacé les anciens immeubles.

Wilson fait partie des quatre quartiers rémois, avec Croix-Rouge, Orgeval et Les Epinettes, à bénéficier du programme de rénovation urbaine. Démarré en 2004 (avec un avenant signé en 2008) et devant s’achever en 2013, c’est aussi le cinquième plus important de France. Il a été doté d’un budget de 480 millions d’euros, dont 300 millions à la charge des trois bailleurs sociaux : L’Effort Rémois, Le Foyer Rémois et Reims Habitat. Dans une ville qui compte 43 % de logements sociaux, ce programme concerne un tiers du parc HLM et un quart de la population rémoise.
Ce sont en tout 1 652 logements qui devront être démolis, 2 419 construits ou reconstruits, dont deux tiers sur sites, environ 3 000 réhabilités et 2 500 résidentialisés. Face à l’ampleur et à la complexité de la tâche, la nouvelle municipalité élue en 2008 a choisi de s’entourer de cabinets spécialisés. « Le suivi technique et financier du projet est assuré depuis septembre 2009 par Coteba, et un AMO sera désigné début 2011 pour coordonner l’ensemble des chantiers », indique Eric Quénard, premier adjoint au maire de Reims, qui pilote les opérations Anru.

Arrivée du tramway

Dans deux des quatre quartiers concernés, le programme de rénovation urbaine s’articule avec la construction de la première ligne de tramway qui sera mise en service en avril 2011. Cette concomitance des projets touche en particulier l’activité économique, puisque 14 000 m² de surfaces dédiées aux commerces et aux services seront implantés le long du tracé.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X