Architecture Technique Réseaux

Un serpent d’acier de 58 km de long

Mots clés : Acier - Gaz

A l’été 2016, un nouveau gazoduc traversera les départements de l’Aube et de la Haute-Marne.

Avec la construction du nouveau terminal méthanier de Dunkerque, GRTgaz a décidé de développer son réseau de transport de gaz naturel dans le nord et l’est de la France. A l’automne 2016, une nouvelle canalisation de 309 km, appelée Arc de Dierrey, entrera en service entre Cuvilly (Oise) et Voisines (Haute-Marne).

Depuis avril 2015, 58 km sont réalisés par les entreprises Spac et Denys entre Chacenay (Aube) et Voisines. « Au total, près de 3 500 tubes de 18 m de long pour 1 200 mm de diamètre seront mis en fouille d’ici à juillet 2016 », indique Gérald Bourgeois, responsable métier pipeline grands projets pour Spac. Selon lui, le relief vallonné et la nature du terrain – composé à plus de 90 % de roches calcaires – constituent les principales contraintes du projet. « C’est un chantier de terrassement particulier, avec 350 000 m3 de matériaux à traiter à l’aide de matériels spécifiques, comme des trancheuses, précise-t-il. Le franchissement de la vallée de l’Aube, avec une rivière à traverser sur 49 m – par micro-tunnelage – et la présence d’une nappe phréatique quasi affleurante ont rendu nos opérations plus complexes. Pour passer la nappe, nous avons dû employer une centaine de pompes pendant trois mois. »

Tubes cintrés à froid.

Comme pour tout chantier d’infrastructure linéaire, le phasage des travaux se révèle décisif. Après avoir réalisé une piste de 35 m de large, les équipes sur place procèdent au bardage (l’installation à côté de la tranchée) des tubes à enterrer. « Entre 30 % et 40 % des tubes sont cintrés à froid, sur le chantier, pour passer des points particuliers : courbes, pentes – avec parfois une forte déclivité -, cours d’eau, etc. » souligne Gérald Bourgeois. S’ensuivent les étapes clés du chantier : le soudage entre eux puis l’enrobage des tubes en acier. Douze soudeurs, répartis dans quatre cabines, réaliseront pas moins de 3 500 soudures, à la cadence d’une vingtaine de soudures par jour. « Nous réalisons ainsi des tronçons continus jusqu’à 3 km, à raison d’une soixantaine de soudures par kilomètre », complète Gérald Bourgeois.

La mise en fouille, quant à elle, nécessite l’emploi de pipelayers qui, travaillant simultanément, saisissent les tubes assemblés à côté de la fouille pour les mettre en place sur le lit de pose granulaire. Le groupement dispose de 17 machines, qui mettent en œuvre 1 km de canalisation en deux heures environ. Dernière étape : le remblayage complet de la tranchée, pour restaurer le site dans son état initial d’avant travaux.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Maîtrise d’ouvrage : GRTgaz. Maîtrise d’œuvre : GRTgaz. Groupement d’entreprises : Spac (mandataire) et Denys. Début du chantier : avril 2015. Fin du chantier : juillet 2016. Mise en service du gazoduc : automne 2016.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X