Régions Occitanie

Un second lycée à énergie positive

Mots clés : Démarche environnementale - Education - ERP sans hébergement

Le lycée Nelson-Mandela, premier établissement du secondaire labellisé bâtiment à énergie positive (Bepos) de l’ancienne région Midi-Pyrénées et second de la région Occitanie après le lycée Marc-Bloch de Sérignan (Hérault), ouvrira ses portes à Pibrac (Haute-Garonne) à la rentrée prochaine. Il accueillera 1 000 élèves. La présidente du conseil régional d’Occitanie, Carole Delga, a réceptionné à la fin juin le bâtiment (10 600 m2 ), dont les travaux avaient démarré en janvier 2016 et dans lequel la région a investi 30,5 millions d’euros.

Conçu par l’agence toulousaine Kardham Cardete Huet Architecture, le nouveau lycée aligne les performances esthétiques et techniques. Sa forme compacte tout en arrondis et courbes épouse le relief, tandis que sa vêture en acier Corten (3 300 m2 ) s’insère dans un écrin de verdure (5 100 arbres et arbustes) et fait écho à la briqueterie Terreal voisine.

Géothermie et géocooling. L’inertie du bâtiment est optimisée par son enveloppe, qui gère de manière dynamique l’apport du soleil, grâce à des protections mobiles dans les châssis vitrés. Le bâti permet une économie de consommation énergétique de plus de 20 %. Pas moins de 95 % de l’énergie vient de la terre : 81 sondes géothermiques à 130 m de profondeur, reliées à trois pompes à chaleur, alimentent à basse température le plancher chauffant (hall et foyer) et les panneaux rayonnants (salles de cours et bureaux). En été, la fraîcheur du sol est utilisée directement pour refroidir l’air sans pompe à chaleur (géocooling), permettant ainsi de recharger le sol en calories. Le complément de production est assuré par 2 500 m2 de panneaux solaires (440 000 kWh/an).

11 000 heures d’insertion par le travail. Cette opération fait partie du plan d’investissements de 1 milliard d’euros annuel jusqu’en 2019 voté par la région en faveur de l’éducation, des transports, du développement des services… Ces financements permettront notamment de construire ou rénover les lycées, CFA, Creps et établissements de formations sanitaires et sociales. Dans le cadre de la construction du lycée Nelson-Mandela de Pibrac, 94 % des entreprises qui sont intervenues durant les dix-huit mois de chantier étaient issues de la région Occitanie. Conformément à la clause d’insertion imposée par le maître d’ouvrage, elles ont réalisé 11 000 heures d’insertion sur un volume total de 20 000 heures de travail.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X