Territoires Strasbourg

Un quartier d’affaires mixte et fonctionnel

Mots clés : Urbanisme - aménagement urbain

Placés face aux institutions européennes, les deux premiers lots du quartier d’affaires international de Strasbourg vont façonner l’image de ce pôle urbain. Le projet des cabinets Oslo et AEA, lauréats du concours d’architecture, met en avant deux immeubles de bureaux en R + 7, de 17 000 m² au total, dont les façades ciselées et réfléchissantes font écho à la volumétrie du Parlement européen. Entre les deux bâtiments, une percée révèle le cœur d’îlot végétalisé et un immeuble de 9 000 m² de logements, composé d’un socle en R + 6 et de deux émergences. Pour ce programme mixte, le respect de la fonctionnalité a été un point fort du dossier lauréat. « Espaces de bureaux et d’habitation bénéficient tous d’une visibilité et d’une accessibilité excellentes », se félicite Laurent Mourey, directeur de Cirmad Est, maître d’ouvrage des surfaces tertiaires, associé à Altarea Cogedim pour la partie logements. Un socle commun accueille les stationnements, les halls d’entrée et 1 500 m² de commerces.

Un soin particulier a été apporté à la cohabitation des usages en cœur d’îlot. Les logements ont été dotés de coursives et de panneaux coulissants en verre et alu qui protègent l’intimité des résidents. En face, les façades des bureaux sont végétalisées, offrant une continuité paysagère avec le jardin en cœur d’îlot. Un autre jardin est planté en R + 6 de l’immeuble de logements, entre les émergences. Côté rue, « un porte-à-faux haut de 4 m assure l’interface entre espace public et espace privé », indique Josselin Lutz, architecte associé du cabinet Oslo. La performance environnementale est un autre enjeu, l’objectif étant des logements à énergie passive et des bureaux à énergie positive grâce à des panneaux photovoltaïques. L’orientation sud-ouest de l’îlot limite les besoins en éclairage et en chauffage.

Des façades techniques.

« La problématique pour les espaces de bureaux porte plutôt sur le refroidissement : la chaleur émise par l’activité humaine et les équipements informatiques sera utilisée pour la production d’ECS », explique René-Pierre Ortiz, cogérant de l’agence AEA. Ouvrants de ventilation et de climatisation sont placés dans les façades respirantes côté rue. Le projet vise le label HQE et la certification Breeam, mieux connue de la clientèle internationale espérée pour le quartier. Côté travaux, Cirmad Est a prévu de confier la réalisation des immeubles de bureaux à Pertuy, autre filiale du groupe Bouygues. Le choix de l’entreprise générale pour les logements se fera d’ici au dépôt du permis de construire fin 2015. Le chantier devrait commencer début 2017 avec livraison en 2018.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X