Territoires Euronantes Gare

Un quartier d’affaires « à la nantaise »

Mots clés : Gares, aéroports - Urbanisme - aménagement urbain

Lancé il y a dix ans sur un territoire en friche, entre la gare et la Loire, mais aussi entre le cœur de ville et le quartier sensible de Malakoff, Euronantes Gare entend se démarquer des autres pôles d’affaires français.

A la fois offensif et collectif. L’image du « jeu à la nantaise », qui a fait la gloire du FC Nantes dans les années 1990, colle parfaitement à l’ambitieux défi relevé par Euronantes Gare : devenir le premier pôle d’affaires de la façade atlantique, tout en ouvrant le quartier prioritaire voisin sur la ville.

Le choix du nom, présenté officiellement au Mipim en 2005, revient à Jean-Marc Ayrault, alors maire de la Ville, qui a hésité avec Euratlantique, qui sera repris par Bordeaux. L’objectif était de proposer aux investisseurs une offre tertiaire de dimension européenne. Visant une dimension critique, Euronantes Gare englobait alors trois quartiers centraux : la gare, le Tripode sur l’île de Nantes et le Champ-de-Mars, autour de la Cité des congrès. La communication officielle se fait toujours sur ce large périmètre élargi, mais dans les faits, Nantes compte deux quartiers d’affaires de centre-ville aux caractéristiques propres : Euronantes Gare – qui correspond à la ZAC Pré-Gauchet – et l’île de Nantes.
Pour qui arrive à Nantes par le train, Euronantes Gare présente toutes les caractéristiques visuelles d’un quartier d’affaires : de larges avenues et une succession d’émergences à l’architecture très contemporaine. Mais la volonté politique aspirant à dépasser l’écueil du classique business center autour de la gare, c’est en fait une véritable ville nouvelle qui prend forme.
Pour sortir ce quartier de terre, Nantes Métropole Aménagement (NMA) est quasiment parti d’une feuille blanche. « C’était un quartier glauque où l’on ne venait guère que pour l’ancien centre de tri postal et un Point.P. Aujourd’hui, c’est certainement l’un des territoires de la ville où les Nantais peuvent se sentir le plus dépaysés », assure Alain Robert, adjoint à l’urbanisme. Et pour cause : dans la nouvelle skyline nantaise qui se dessine ici, une dizaine de tours devraient culminer à plus de 50 m. Nouvelle vague (Adim ouest – Barré-Lambot), Amazonie (Sama/BatiNantes – a/LTA), Inoxia (Nantes Habitat – Christophe Roussel), Héméra (Altaraxia-Pichet – Berranger & Vincent), New R’ (Kaufman & Broad – Hamonic & Masson)… les premières tours à voir le jour témoignent d’une remarquable qualité architecturale. « Sur Euronantes Gare, nous avons reçu six distinctions aux Pyramides d’argent », se félicite Franck Savage, directeur de NMA.

Reconquête des friches.

Cette mutation spectaculaire a débuté par la reconquête de ces friches, en créant un axe structurant de 45 m de large, le mail Pablo-Picasso, à l’espace central réservé aux piétons. Livré en 2007, « il a permis de donner un signal fort aux investisseurs, en montrant que le projet était porté par les politiques », explique l’urbaniste Gérard Pénot, en charge de la maîtrise d’œuvre urbaine d’un vaste territoire de 164 ha, incluant la ZAC Pré-Gauchet. De fait, la première phase d’urbanisation (2006-2011) est un succès, avec 426 logements construits, 43 792 m2 de bureaux, 5 330 m2 d’activités, un collège et une piscine. « Les retours ont été très positifs et, progressivement, l’idée est venue que l’on pouvait construire plus haut, raconte l’urbaniste. Cette hauteur permet aussi d’entretenir une sorte de familiarité avec le quartier voisin de Malakoff. » Faire que Malakoff et le Pré-Gauchet « fonctionnent visuellement ensemble », c’est l’objet de la deuxième phase d’urbanisation en cours, plus à l’est, qui durera jusqu’en 2017 et devrait doubler les programmes de la phase 1. Une troisième phase commencera en 2018, avec, notamment, l’aménagement des bords de Loire et le parvis sud de la gare. En 2025, Euronantes Gare devrait compter 1 800 logements, 180 000 m2 SP de bureaux et des commerces, qui arrivent progressivement… Signe qu’Euronantes Gare est bel et bien « un quartier de vie où l’on a à faire », comme l’a rêvé Gérard Pénot.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Euronantes Gare - Malakoff en cinq dates

2001 : l’Atelier Ruelle est retenu comme maître d’œuvre du projet urbain.
2004 : création de la ZAC confiée à Nantes Métropole Aménagement. Convention avec l’Anru sur la phase 1 du GPV.
2005 : début de la construction du mail Pablo-Picasso.
2011 : fin de la première phase d’Euronantes Gare.
2015 : fin de la première phase Malakoff Centre.

ENCADRE

Euronantes Gare en chiffres

35 hectares.
Un potentiel de construction de 180 000 m 2 de bureaux et de 1 800 logements.950 millions d’euros : chiffre d’affaires total du projet, dont 860 millions pour les bâtiments et 90 millions pour les aménagements.76 628 m 2 SPA de bureaux construits ou livrés en 2016.
Prix du m2 de bureaux: entre 180 et 200 euros. 1 037 logements construits ou livrés en 2016.
123 millions d’euros HT pour la nouvelle gare et ses abords.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X