Régions Sète

Un quai de 470 mètres gagne la mer

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Etat et collectivités locales

500 logements intermédiaires.

C’est l’objectif de production annuelle du groupe SNI à Toulouse Métropole.

44 unités de méthanisation en service dans la région Occitanie en 2016.

Source : Conseil régional Occitanie.

4 M€ Coût estimé de la réparation du centre aquatique du Grand Périgueux touché par des fuites d’eau.

La région Occitanie a inauguré le 21 octobre le quai H, un ouvrage de 470 m adossé à un terre-plein de 4 ha dans la darse 2 du port de Sète (Hérault). Cet équipement doit notamment permettre au port de développer un trafic de containers. Sa réalisation a constitué une prouesse technique. Il s’agissait de créer un quai à 70 m de la berge et dans des fonds de 15 m. La première étape a consisté à construire une digue provisoire : 280 000 m de matériaux de carrière ont été déversés, cinq mois durant, à l’aide d’un chaland fendable. « L’ouverture des clapets s’effectuait sur la base de positions GPS, selon un plan précis, explique Mathieu Schwebel, responsable du pôle ingénierie de la région. Il fallait contrôler la pente pour maîtriser le volume de matériaux largués. »

70 panneaux en béton armé. Pour permettre la création du mur de quai, il fallait aussi veiller à placer des matériaux plus fins au centre. La solution retenue a été celle de la paroi moulée, proposée en variante par Soletanche Bachy et préférée à la solution de base qui prévoyait un rideau mixte de tubes et palplanches. L’ouvrage est constitué de 70 panneaux en béton armé de 7 m de large, 1 m d’épaisseur et 30 m de long. Ces panneaux ont été excavés à la benne, dans l’axe de la digue provisoire, et emplis de boue bentonitique à mesure du creusement. Une fois les cages d’armature placées, la boue a été progressivement remplacée par le béton, injecté par le fond à l’aide d’un tube plongeur. La paroi est coiffée par une poutre de couronnement de 470 m. Elle est maintenue en tête par des tirants en acier de 160 mm, ancrés 35 m en arrière du quai sur des pieux de 1 450 mm battus dans le sol. Le terre-plein a été comblé avec les matériaux issus de la partie avant de la digue provisoire et des sables de dragage (120 000 m ) prélevés dans la darse pour améliorer les conditions de navigation. « Les matériaux excédentaires ont été concassés sur place et utilisés pour fabriquer la chaussée, précise Mathieu Schwebel. Nous sommes ainsi parvenus à un équilibre parfait. » Des précautions ont été prises pour réduire l’impact du dragage sur le milieu. « Le défi était aussi environnemental, souligne Valérie Rouquier, responsable du pôle maîtrise d’ouvrage. La qualité des eaux a été contrôlée en permanence. Nous avons mis en place des barrages antipollution et un système de récupération et de traitement des eaux issues des 4 ha du terre-plein. »

Maîtrise d’ouvrage et maîtrise d’œuvre travaux :région Occitanie.

Maîtrise d’œuvre conception : BRLi. Entreprises : Soletanche Bachy (mandataire) et Balineau. Durée des travaux : 24 mois. Coût : 45 M€ TTC.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X