Architecture Technique Préfabrication

Un puzzle de béton blanc en façade

Mots clés : Béton - Technique de construction

Soixante panneaux en béton préfabriqué bicouche quasi autonettoyant sont assemblés avec précision.

Lentement mais sûrement, les pièces d’un puzzle géant de béton préfabriqué s’assemblent au cœur de Strasbourg, en façade du programme « Equinoxe » de 34 logements des promoteurs régionaux Perspective et Claude Rizzon. Ces panneaux de béton composent les façades des six premiers étages de l’immeuble, complétés par deux niveaux en caissons Inox pour l’attique. Les murs préfabriqués ont été préférés au bardage rapporté afin d’éviter les éventuelles auréoles d’agrafes métalliques. « Chaque panneau a sa forme spécifique, jusqu’à des dimensions maximales de 8 m x 3,50 m et un poids de 9 tonnes », souligne René-Pierre Ortiz, architecte associé chez AEA. Le poids maximal a été calculé pour garantir une manutention sans risque par la grue sédentaire qu’imposent l’exiguïté du terrain et sa situation le long d’un important axe de circulation.

La complexité du calepinage n’autorise pas le moindre écart lors de la mise en œuvre. Tout chanfrein a été exclu par les architectes. Chaque panneau aux arêtes vives doit donc être posé selon un alignement parfait par rapport à ses voisins. Latéralement, des nœuds de coulage opèrent les liaisons entre les panneaux grâce à des boîtes d’attente intégrant des aciers en « U » à déplier. Les liaisons verticales entre panneaux préfabriqués sont réalisées grâce à des goujons d’ancrage tous les 60 cm. « Les joints de compression en silicone de 12 à 14 mm, étanches à l’air et à l’eau, s’ajoutent aux goujons afin d’apporter la nécessaire marge de manœuvre dans la gestion de la dilatation », expose le bureau d’études structure HN Ingénierie.

Armatures antifissuration.

Les panneaux de 20 cm d’épaisseur sont préfabriqués en bicouche : un béton autoplaçant C45/55 sur une épaisseur de 16 cm assure la fonction de mur porteur tandis qu’une couche de béton de parement de 4 cm est visible de l’extérieur. Mélange de ciment blanc, d’oxyde de titane et de granulats de marbre de Thassos, il constitue le fond de coffrage lors du coulage du béton structurel avant d’être poli (passage jusqu’à six couches) au démoulage. Le ponçage fait apparaître les granulats pour conférer à l’immeuble une blancheur éclatante. Le caractère lisse, garanti par un bouchonnage au moyen d’une résine spécifique du préfabricant BCS, ajouté à l’effet photocatalytique de l’oxyde de titane, rend la façade quasiment autonettoyante.

Les panneaux sont armés de treillis soudé antifissuration. « Nous utilisons 40 types d’acier de la gamme Fe E 500, de 6 à 14 mm de diamètre », précise Ignacio Morello, responsable des armatures chez BCS. Le gros œuvre du chantier devrait s’achever en juillet prochain pour une livraison prévue au printemps 2016.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Maîtrise d’ouvrage : Perspective & Claude Rizzon Promotion. Architecte : AEA. Bureau d’études structure : HN Ingénierie. Entreprises : Socasto (gros œuvre), BCS (préfabrication). Bureau de contrôle : Dekra Colmar. Surface de plancher : 2 612 m². Coût travaux : 3, 8 millions d’euros HT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X