Régions Nord

Un plan routier de 625 millions d’euros

Le conseil général du Nord vient de voter son plan routier départemental 2011-2015 qui prévoit un investissement global de 625 millions d’euros. Il fait la part belle à 25 grands projets mobilisant 320 millions d’euros, avec notamment les contournements de Borre-Pradelles, du Catteau, de Pont-à-Marcq, de la Bassée ou encore les accès du Grand Stade. La concertation mise en œuvre ces dernières années permet aujourd’hui d’envisager des projets plus lourds. « Nous avons beaucoup fait sur les projets courants au cours du plan précédent. On a satisfait la demande des élus, donc on peut s’intéresser de façon plus consensuelle aux grands projets », explique José Cohen-Aknine, directeur général adjoint en charge de l’enseignement, des infrastructures et du patrimoine.

Avec un volume affiché de 625 millions d’euros, ce plan, s’il se réalise à 80 %, représentera 500 millions de travaux. Ce volume s’inscrira en retrait par rapport à ce qui avait été dépensé entre 2005 et 2010 : 572 millions à la fois pour les routes départementales et pour le plan d’intégration des routes nationales transférées. « Il y a une stabilisation, car la remise à niveau des routes nationales, qui a mobilisé 123 millions d’euros entre 2007 et 2009, est terminée », commente le directeur général adjoint. Désormais, les routes nationales transférées n’ont plus besoin d’efforts spécifiques ni de ligne budgétaire dédiée.
Le plan routier s’aligne donc sur le niveau modéré des dépenses en 2010. « Mais nous pouvons, à travers les actualisations annuelles, lui donner un aspect plus volontaire », précise José Cohen-Aknine.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

La route durable consacrée

Le plan routier consacre le principe des routes durables mis en œuvre pour la première fois en 2010 avec le contournement de Cantin. José Cohen-Aknine a développé cette méthodologie qui permet « des projets plus modestes, plus apaisés ». Le département, Certivéa et le Cete ont finalisé en avril le référentiel de certification « route durable ». « La prise en compte des critères environnementaux permet de retourner une situation compromise comme c’était le cas pour le contournement Borre-Pradelles sur la RD 642 », souligne José Cohen-Aknine, qui a ainsi prévu une zone protégée de 30 ha de bocage humide pour les tritons alpestres. « Cela facilite aussi le dialogue avec l’Etat. Nos vingt-huit sous-objectifs sont un lieu de synthèse entre la dimension économique et environnementale. »

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X