Régions Lille

Un parc d’activités conçu en mode participatif

Philippe Hourdain, président de la chambre de commerce et d’industrie (CCI) des Hauts-de-France, l’affirme : « Vitrine de la ville intelligente et durable et de la troisième révolution industrielle “Rev3”, Lil’Aéroparc est en train de se construire de façon innovante en mode codesign avec les entreprises du territoire. C’est déjà une révolution. » Ce dernier espère que ce travail commun, mené pour développer le parc d’activités, axé notamment sur les mobilités douces, va enfin permettre de débloquer du foncier économique dans cette zone de 36 ha au sud de Lille, près de l’aéroport de Lesquin où la CCI possède 200 ha. Jusqu’à présent, la préfecture refusait de débloquer ce foncier afin de ne pas augmenter la thrombose routière sur l’A1. Lancé en 2014 par la CCI, un premier appel à manifestation d’intérêt (AMI) a réuni 28 entreprises.

5 000 salariés prévus. Ce travail a permis de réaliser une première ébauche de ce parc vertueux prévu pour 5 000 salariés et un centre d’affaires sans augmenter le trafic routier. Ébauche qui a séduit Damien Castelain, le président de la métropole européenne de Lille. « Il nous a même proposé de travailler en parallèle sur un tramway Lille-Lesquin. Nous avons eu un accord de principe de la préfecture pour débloquer le foncier », se félicite Philippe Hourdain.

Pour poursuivre la coconstruction de Lil’Aéroparc, dont les premiers coups de pioche sont prévus dès 2018, un deuxième AMI a été lancé par la CCI. « Une quarantaine d’entreprises a déjà répondu. Chacune veut en faire sa vitrine et travaille avec les autres », s’enthousiasme le président.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X