Enjeux Prix d'architecture du Moniteur

Un palmarès 2016 sous le sceau de la diversité

Mots clés : Architecture - Prix d'architecture

L’Equerre d’argent, le prix de la Première œuvre, autant que les prix des autres catégories, reflètent la variété des programmes, des âges et des postures.

Il n’y a qu’une seule Equerre d’argent. Mais le palmarès 2016 des Prix d’architecture du « Moniteur », proclamé le 21 novembre au Palais d’Iéna (Paris XVIe ), a permis de récompenser les architectes et maîtres d’ouvrage coauteurs du meilleur de la production française de l’année écoulée, dans toute sa diversité. Au travers des grandes catégories instituées par le règlement de ces prix – « Habitat », « Culture, jeunesse et sport », « Lieu d’activité » et « Première œuvre » – cette variété des programmes apparaît autant dans les quelque 260 dossiers reçus, tous examinés par le comité de sélection réuni par « Le Moniteur » et « AMC », que dans les opérations récompensées.

Transcendant ces catégories, la mixité programmatique, longtemps restée lettre morte, explose littéralement dans la plupart des réalisations candidates, aussi bien que lauréates. La porosité va ainsi grandissante entre des éléments de programme qu’on imaginait jusque-là assez peu devoir coexister. Mieux : la notion même de programme se voit, ici et là, remise en question ; certaines opérations faisant le pari d’une flexibilité totale des espaces via un bâtiment « couteau suisse », susceptible d’accueillir tous les possibles. Une même diversité, d’âges autant que de postures doctrinales, se retrouve aussi chez les acteurs. Le jury a ainsi choisi de louer l’engagement de longue date des « moines soldats » du logement social que sont Jean et Aline Harari, tout autant que celui du bailleur social 3F. La radicalité politique affectée d’un Rudy Ricciotti – architecte « provincial et maniériste », selon ses propres termes – lui aura valu un Grand Prix spécial qui salue à part égale l’exigence de vérité et de mémoire de la région Occitanie, maître d’ouvrage du Mémorial du camp de Rivesaltes.

Mais en attribuant l’Equerre d’argent 2016 à Muoto et en distinguant Bruther d’un prix dans la catégorie « Lieu d’activité », le jury salue aussi l’émergence, sur la scène contemporaine, d’une nouvelle génération d’architectes, frottée d’international, férue de nouvelles technologies, qui ne dédaigne pas d’interroger le programme « aux limites », ni d’hybrider les systèmes constructifs voire de les détourner lorsque les contraintes, qu’elles soient liées au site ou au budget, le commandent. Un palmarès que de nombreux observateurs ont jugé représentatif de « l’air du temps », fidèle à ce qu’est l’architecture aujourd’hui en France : plurielle, fragile, mais inventive et souvent surprenante.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X