Architecture Technique Equipement

Un nouveau souffle dans la ventilation

Après une longue période d’inertie, le renouvellement de l’air dans l’habitat amorce sa transition.

Des cinq usages d’énergie pris en compte dans le calcul de la réglementation thermique 2012, quatre ont déjà entamé une évolution technique majeure. Depuis quelques années, le chauffage, la production d’eau chaude sanitaire, la climatisation et l’éclairage connaissent un bouillonnement créatif. Le client peut maintenant piocher dans un vaste panel de technologies économes en énergie. Reste la question des systèmes auxiliaires, dont la ventilation. Si, dans le tertiaire, cette dernière ne cesse de se perfectionner, elle a peu changé dans l’habitat. « La majorité des logements individuels ou collectifs possèdent une ventilation mécanique contrôlée (VMC) simple flux hygroréglable. La VMC double flux se limite aux opérations avec des critères spécifiques portant sur le budget, la qualité de l’air, ou l’acoustique », observe François Turland, président du bureau d’études Bastide Bondoux, spécialisé dans la conception thermique de bâtiments résidentiels neufs. Les chiffres de 2015 fournis par Uniclima, le syndicat des industries thermiques, aérauliques et frigorifiques, confirment cette suprématie. Dans le logement individuel, la VMC simple flux comptait 749 082 unités vendues, contre 26 400 pour sa concurrente.

Econome mais fragile.

Dans une époque où l’efficacité énergétique apparaît comme un des impératifs du bâtiment, cette désaffection étonne. Une VMC double flux souffle l’air extérieur dans le bâtiment et extrait l’air vicié des pièces humides. Son caisson comporte un échangeur thermique où l’air évacué de l’intérieur réchauffe le fluide neuf. Ce sont autant de calories que le chauffage ne fournit pas. A l’opposé, la VMC simple flux expulse seulement les vapeurs de la cuisine et de la salle de bains, sans récupération de chaleur. Néanmoins, cet avantage se paie au prix fort. Le coût d’une installation double flux est trois à cinq fois plus élevé qu’un dispositif simple flux. En outre, les rendements de l’échangeur se révèlent fragiles. Ils dégringolent aux moindres défauts d’étanchéité du réseau ou de la construction.

Cependant, le procédé mal aimé pourrait profiter de plusieurs mutations. Les industriels ont développé des équipements plus adaptés au terrain. « Nos gaines sont constituées d’un matériau solide. Elles ne peuvent pas être écrasées. Par ailleurs, les accessoires s’emboîtent dessus. Ils ne nécessitent pas de ruban adhésif ni de colle », explique Rodolphe Cherruault, directeur commercial de Zehnder France. L’étanchéité des édifices progresse également. Les infiltrations d’air affectent moins les performances de la machine. « Dans ces bâtiments, l’air s’impose comme le vecteur de chaleur le plus réactif », souligne André Chouquais, responsable marketing pour l’habitat de la société France Air. Enfin, la VMC double flux peut filtrer les polluants extérieurs. Sa rivale n’a toutefois pas perdu toute pertinence. Les offres de chauffe-eau thermodynamique associé à une VMC simple flux se multiplient. L’air vicié alimente alors une pompe à chaleur qui produit de l’eau chaude sanitaire.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Bonnes pratiques - La réception devient essentielle

Laure Mouradian, chargée de mission ventilation du Cetiat (1).

« En France, l’arrêté du 24 mars 1982 a encadré le développement de la ventilation mécanique contrôlée (VMC) dans l’habitat et a conduit à un fort taux d’équipement des logements. Cependant, environ la moitié des installations est non conforme. Ce phénomène gagne en gravité à mesure que l’étanchéité des bâtiments progresse. En effet, les fuites de l’enveloppe ne compensent plus les dysfonctionnements. En parallèle, la ventilation devient plus sophistiquée. Elle inclut un nombre croissant de capteurs, et des procédés de récupération ou de diffusion de la chaleur. La performance sur site de ces appareils dépendra grandement de leur intégration très tôt dans la conception des bâtiments et de leur bonne installation. Dans ce contexte, le contrôle à la réception se révèle une opération essentielle. Le Cetiat a édité en 2005 le guide Diagvent, afin de diagnostiquer les systèmes de ventilation. Ce document est disponible sur notre site Internet (2). Nous travaillons actuellement au sein du projet Promevent (3) à améliorer les mesures de réception dans les bâtiments résidentiels. Cette démarche aboutira fin 2016 à la rédaction d’un protocole fiabilisé. »

ENCADRE

Aménagement intérieur - Un local technique prêt à l’emploi

Dans le XVIIe arrondissement de Paris, le chantier du complexe Emergence suit son cours. Cet ensemble de 170 logements, imaginé par le promoteur Kaufman & Broad, devrait être terminé fin 2017. Il sera le premier à utiliser le nouveau système de chauffage par ventilation mécanique contrôlée (VMC) double flux du constructeur France Air. Baptisé Yzentis Evolution Up, le dispositif reprend l’architecture de son prédécesseur Yzentis. Le fabricant a greffé sur un même châssis l’ensemble des appareils nécessaires : un ventilateur d’insufflation, un échangeur thermique et des batteries d’eau chaude pour réchauffer l’air neuf. Ces dernières sont alimentées par un module thermique d’appartement. Cet équipement produit le chauffage et l’eau chaude sanitaire de l’habitat à partir de l’eau chaude issue d’une chaudière collective. Enfin, la structure métallique comprend un support de WC. Le produit peut ainsi s’installer derrière les cuvettes de chaque logement. Si la prise d’air neuf est individuelle, l’extraction d’air demeure collective, avec un ventilateur en toiture.

ENCADRE

Habitat collectif - A chacun son caisson

Bouygues Bâtiment Ile-de-France terminera mi-mai à Nanterre (Hauts-de-Seine) la construction de Terrasse 9. Dans cet ensemble, chacun des 140 logements sera pourvu de sa propre ventilation mécanique contrôlée (VMC) double flux. Le système assure également le chauffage.
Des caissons ComfoAir 350 conçus par Zehnder sont logés dans une armoire. La position de cette dernière varie selon l’appartement. Dès la phase de conception, l’agence d’architectes Atelier Zündel Cristea, responsable du projet, était informée de l’usage de cette technologie. Ses équipes ont donc réfléchi à l’emplacement des modules afin de réduire la taille des soffites. Les conduites ont ainsi été glissées dans un faux plafond de 17 cm d’épaisseur. Des bouches de ventilation LongFlow du même constructeur diffusent l’air. « Grâce à leur soufflage de longue portée, elles peuvent ainsi être posées à proximité du caisson, et couvrir toute la superficie d’une pièce », souligne Olivier Massot, chef des ventes de Zehnder France. Une résistance électrique d’une puissance de 2 kW, installée juste à la sortie de la VMC, chauffe l’air neuf.

ENCADRE

Qualité de l’air - Appelez-moi purificateur

Signe que les temps changent, le constructeur Aldes présente sa nouvelle ventilation mécanique contrôlée (VMC) double flux comme une « solution de purification d’air ». Mis sur le marché en mars, le caisson Inspirair Home peut accueillir jusqu’à quatre filtres aux propriétés spécifiques : le premier retiendra les poussières, le deuxième les pollens, le troisième les particules fines et le dernier les bactéries. L’appareil possède aussi un capteur de CO2 qui peut réguler le débit d’air. Quand la concentration du gaz atteint un niveau de 1 200 ppm, la VMC s’accélère pour renouveler l’atmosphère intérieure. « Nous avons testé ce produit pendant trois semaines dans une maison de 240 m² à Villeurbanne (Rhône). Par rapport à une habitation équivalente sans ventilation, les concentrations de composés organiques volatils et de CO2 ont été divisées par deux. Le taux de particules fines PM2,5 est réduit de 60 % », indique Christophe Dolain, chef de produit ventilation individuelle d’Aldes. L’entreprise prévoit de lancer en mai une version premium. L’occupant pourra la piloter par le biais d’une application mobile.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X