Architecture et urbanisme Paysage

Un nouveau monde a émergé au pied du Grand Rocher

Le nouveau zoo est un tour du monde en 15 ha. Si la composition dessinée par l’Atelier Jacqueline Osty est un puzzle de biozones, il en résulte néanmoins un paysage cohérent qui ménage des panoramas spectaculaires mais préserve la paix des bêtes, et gomme les effets de clôtures, par exemple avec des sauts- de-loup. Les creux qui ont été modelés, les reliefs des faux rochers, les couleurs de sol variées et les vues cadrées par le végétal opèrent des transitions subtiles. Avec une surface arbustive augmentée de 40 %, le zoo sera foisonnant. Si des plantes indigènes vont s’épanouir dans la serre tropicale et la zone Europe, les autres milieux ne seront qu’évoqués, en raison du climat parisien. Un « herbier mimétique » a donc été constitué. « Les arbres tropicaux de Guyane ont été remplacés par des variétés de chênes américains persistants à longues feuilles », note ainsi Mikael Mugnier, directeur d’études à l’Atelier Osty.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X