Technique et chantier

Un nouveau centre de secours principal à Perpignan-sud

Mots clés : Établissement militaire

Le schéma départemental d’analyse et de couverture des risques (Sdacr) des Pyrénées-Orientales (66) a identifié la nécessité de créer un centre de secours sur la partie sud de l’agglomération perpignanaise. En effet, l’accroissement de la population, l’importance du trafic routier, l’accès et la circulation difficiles dans cette zone sont autant de paramètres qui ont influé pour la création du centre de secours principal (CSP) de Perpignan-sud.

Le casernement pourra accueillir, en plus des moyens matériels et humains nécessaires à son fonctionnement, les locaux du groupement « centre » et une antenne Smur rattachée au centre hospitalier Saint-Jean.
La future caserne sera un centre de secours principal, catégorie qui impose de pouvoir assurer simultanément une intervention de lutte contre l’incendie, deux interventions de secours d’urgence aux personnes et une autre intervention diverse. Mais, il sera également un centre de première catégorie, où l’effectif, identique le jour et la nuit, est de garde sur place. Avec des projections estimées à environ 20 interventions par jour en 2015, l’effectif de garde sera constitué au minimum de 18 sapeurs-pompiers par tranche de 24 heures de travail.
L’emprise foncière du projet est intégrée dans l’assiette nécessaire à la réalisation de la dénivellation du giratoire du mas Rouma par le Conseil général des Pyrénées-Orientales.
De par sa situation en entrée sud de l’agglomération de Perpignan, le centre de secours sera un équipement structurant du sud de la ville.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Le lauréat

L’Atelier du Moulin

Le parti architectural

L’implantation du projet répond aux objectifs suivants :
– privilégier la fonction opérationnelle afin de favoriser la rapidité des sorties en intervention ;
– situer le poste de garde à l’est pour offrir une vue panoramique sur la cour de départ, le centre de secours principal, le Smur et la « drop zone » ;
– situer les équipements sportifs à l’ouest de la parcelle, à proximité des espaces d’exercices, pour permettre une liaison proche avec les vestiaires et fluidifier au mieux les départs des personnels en intervention ;
– situer les lieux de vie et de travail au sud pour permettre, outre de bénéficier au mieux des apports solaires, de profiter de la vue privilégiée sur la chaîne des Albères ;
– situer des stationnements au sud du terrain le long du mail piéton, le long de la façade principale, pour sécuriser au maximum les flux piétons qui ne croisent jamais de circulations véhicules.
Un talus de verdure vient recouvrir la remise au premier plan. Cette verdure se prolonge sur les bâtiments par les toitures. Le projet est à la fois compact et aéré.

La fiche technique

Opération : construction, sur une parcelle d’environ 27 000 m 2 , d’un équipement composé d’un centre de secours comprenant une remise pour 24 véhicules de secours (PL et VL), des vestiaires pour 200 personnes, des locaux administratifs, des locaux d’hébergement et de vie, ainsi qu’un gymnase (5 000 m 2 HON environ), d’une antenne délocalisée du Smur (180 m 2 HON environ), d’un plateau extérieur comportant une cour de manœuvre, une aire de lavage, une tour d’exercice, une hélisurface, un poste de distribution de carburant, un parcours sportif, un terrain de sport et d’environ 100 places de stationnement. Ces trois éléments constituent la tranche ferme. Le programme comprend également des locaux du groupement territorial « centre » (480 m 2 HON environ), en tranche conditionnelle. Maître d’ouvrage : Service départemental d’incendie et de secours (Sdis) des Pyrénées-Orientales (66). Mandataire : Saem Roussillon Aménagement, Franck Brouillet, conduite d’opération (Toulouges). Surface : 6 940 m 2 HON. Estimatif travaux : 8,099 M EUR HT. Calendrier prévisionnel : APS et PC septembre 2010 ; APD, novembre 2010 ; DCE, janvier 2011 ; début des travaux, mai 2011 ; livraison, septembre 2012. Equipe lauréate : L’Atelier du Moulin, mandataire, Jean-Philippe Gautier, architecte (Lussac-les-Châteaux) ; Mathieu Puig et Olivier Xatart, architectes associés (Perpignan) ; Ingénierie du Moulin, BET structure et VRD (Lussac-les-Châteaux) ; Larbre Ingénierie, BET fluides et SSI (Guéret) ; Cabinet MIT, économiste (Dangé-Saint-Romain).

ENCADRE

Les projets non retenus - RFArq


Le parti architectural

Le bâtiment s’appuie sur les limites nord de la parcelle à l’image d’une main protégeant du vent la flamme d’une bougie et configure ainsi la dynamique de sa forme. Concevoir avec le vent et concevoir avec le soleil sont les premières décisions reliées au comportement environnemental du projet.

La fiche technique

Equipe : RFArq, mandataire, Roberto Ferreira, architecte (Barcelone et Paris) ; Betom Ingénierie, BET TCE (Blagnac) ; Alayrac, économiste (Toulouse) ; Cap Terre, BET environnemental (Blagnac). Surface : 6 840 m 2 HON. Estimatif travaux : 8 439 507 EUR HT.

ENCADRE

Duchier Pietra Architectes

Le parti architectural

Une façade urbaine à forte valeur symbolique et un jeu de boîtes à la fois monolithique et immatériel où la lumière est un élément déterminant.
Dans le prolongement du gymnase, la tour d’exercices habillée, elle aussi, de panneaux translucides, s’élève comme un totem lumineux et constitue un signal urbain fort.

La fiche technique

Equipe : Duchier Pietra Architectes, mandataire, Jean-Louis Duchier et Nicolas Pietra, architectes (La Garde) ; Coplan, BET TCE (Montpellier). Surface : 6 663 m 2 HON. Estimatif travaux : 8,14 M EUR HT.

ENCADRE

Catherine et Jean-François Bats

Le parti architectural

Le gymnase et la remise ressortent de par leur masse. La différenciation architecturale dans le traitement des locaux donne une image générale plus proche d’un village que d’une usine.

La fiche technique

Equipe : Catherine et Jean-François Bats, architectes mandataires (Dax) ; AADI Architectes Associés, architecte associé et économiste (Serres-Castet) ; Sirach Viennois Architecture, architecte associé (Toulouse) ; Betem Ingénierie, BET TCE (Montpellier) ; Nobatek, BET environnemental (Anglet) ; Tecsol, BET énergie solaire (Perpignan). Surface : 7 014 m 2  HON. Estimatif travaux : 9 890 880 EUR HT.

ENCADRE

Atelier d’architecture J.L. Hesters

Le parti architectural

Au centre du terrain, le volume parallélépipédique des véhicules d’interventions. Au sud, bénéficiant de l’ensoleillement et des Pyrénées, un ensemble administration-vestiaires-alerte formation-détente-hébergement et Smur. A l’ouest, le gymnase. Au nord, les locaux techniques, ateliers et magasins de maintenance, ponctués par la tour d’exercices identifiant le centre de secours.

La fiche technique

Equipe : Atelier d’architecture J.L. Hesters, mandataire, Jean-Luc Hesters et Marie-Sylvie Barlatier, architectes (Paris) ; Sudequip, BET TCE (Nice). Surface : 6 120 m 2 HON. Estimatif travaux : 7 946 165 EUR HT.

Vous êtes intéressé par le thème Règles techniques ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X