Edito Coup de griffe

Un mois, un mois, un mois…

Les architectes, on le sait, vont (très) mal : agences exsangues, honoraires étiques, concours pris d’assaut, signatures de complaisance peu ou pas condamnées, coups de boutoir incessants portés contre la loi MOP, etc. Bref, rien ne va plus. Que faire ? Montrer sa frimousse, ouvrir les portes de l’agence et tailler la bavette au péquin. C’est, peu ou prou, ce que propose le joli mois de juin, désormais autoproclamé « Mois de l’architecture en Ile-de-France », comme il y a le mois du Blanc ou la semaine de la Francophonie. Vous ne le saviez pas ? Moi non plus – ce n’est pas tout à fait vrai – mais un site web est tout entier dédié à l’événement (http://moisarchitectureidf.org/), avec balades-expos-visites-conférences-sensibilisations en veux-tu en voilà. Tout cela est bel et bon et, comme le dit la sagesse populaire, si ça ne fait pas de bien, ça ne peut pas faire de mal.

Mentionnons dans ce copieux agenda les « Journées portes ouvertes des agences » les 12 et 13 juin partout en France pour « faire partager au grand public et aux néophytes les arcanes de la fabrication de la ville et de l’habitat » (sic) et, dans la foulée, les « Universités d’été de l’architecture » à Lyon le 26 juin, consacrées à « Anticiper les mutations »… On ne sait pas si Fleur Pellerin, ministre de la Culture, sera présente cette année autrement que par pastille vidéo interposée, mais nul doute que sa venue y est ardemment souhaitée pour entrer dans le dur de la « Stratégie nationale pour l’architecture » (SNA) dont les difficultés actuelles des professionnels rendent la mise en ordre de bataille de plus en plus pressante…
Mais ne désespérons pas ! Le « projet de loi relatif à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine », tout juste transmis « pour avis » au Conseil économique, social et environnemental, affirme sans barguigner dans l’article 1er de sa version actuelle que : « La création artistique est libre. » Ouf ! Ça allait sans dire, mais ça va mieux en le disant. Nous voilà rassurés. Et les 30 000 architectes encartés de France avec !

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X