Territoires Mougins

Un méga centre de données va sortir de terre

Alors qu’IBM vient de quitter ses locaux historiques de La Gaude dans les Alpes-Maritimes, c’est un autre bâtiment de grande envergure dans le monde de l’informatique qui va sortir de terre dans le département. A Mougins, en lisière de Sophia-Antipolis et au sein de la ZAC Saint-Martin, la société Titan Datacenter France va poser la première pierre d’un datacenter haute densité, un centre de données nouvelle génération. « Nous avons choisi ce site pour ses atouts : équipement en fibre optique, point de convergence des réseaux Europe/Afrique/Moyen Orient, proximité d’un aéroport international, qui en font une alternative crédible à la région parisienne où est concentrée la majeure partie des datacenters en France », explique Jean-Sébastien Femenia, co-dirigeant de Titan Datacenter France. Sur un terrain de 3 ha et une emprise au sol de 9 650 m², le bâtiment conçu par Dan Costa-Foru (Sophia-Antipolis) va se déployer sur 28 850 m² avec des locaux techniques en sous-sol et des salles de serveurs en étage sur 10 000 m². Gros consommateur énergétique (12 MW au démarrage et potentiellement jusqu’à 48 MW) avec des besoins très importants en climatisation, ce datacenter, conforme aux recommandations GBC (Green Building Council), va optimiser ses consommations énergétiques et utilisera les énergies renouvelables.

Récupération d’énergie.

La chaleur produite par les serveurs sera récupérée pour créer un réseau de chaleur alimentant des logements sociaux, des bâtiments publics et privés de la commune. En toiture, des capteurs solaires thermiques (technologie Helioclim) produiront 1 MW de froid pour la climatisation. La construction devrait aller très vite (entre six et neuf mois) grâce à la réalisation d’une coque béton recevant ensuite les équipements et les installations préfabriqués en usine. « Le permis de construire a été obtenu début juin. Nous finalisons les marchés de gros œuvre, d’électricité et de climatisation. Il y aura des retombées locales avec 60 emplois sur le site et 300 emplois directs et indirects pendant la phase de réalisation », précise Jean-Sébastien Femenia. L’investissement est évalué à 60 millions d’euros.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X