Chantier

Un jardin vertical planté dans des tubes perforés

Mots clés : Aménagement paysager - Conception - Matériel - Equipement de chantier

Une nouvelle technique de murs végétalisés réduit les coûts d’entretien, en s’affranchissant des contraintes liées au géotextile. Le système, commercialisé sous le nom de « Verticale », est mis en œuvre à Paris par les ingénieurs des Jardins d’Île-de-France.

Élégants et naturels, les jardins verticaux ont la faveur du public. Autant pour habiller de nature un espace extérieur que pour décorer de verdure un mur intérieur, voire pour réaliser des cultures, installer un potager domestique, planter un jardin botanique. Il existe bien des murs de salades en Nouvelle-Zélande, ou de fraisiers en Allemagne.

Si l’imagination des concepteurs et des architectes est sans limites, ce n’est pas le cas des coûts d’installation et de maintenance, qui demeurent élevés : l’entretien de l’emblématique jardin vertical de 800 m² du musée du quai Branly, à Paris, est de l’ordre de 35 à 40 € HT/m² (lire Les Cahiers techniques n° 316, p. 44).
Jusqu’ici les concepteurs utilisaient des techniques de pose mettant en œuvre un géotextile comme soutien...

Vous lisez un article de la revue CTB n° 341 du 13/04/2015
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X