Annuel aménagement

Un jardin d’eau au rythme des précipitations

Mots clés : Aménagement paysager - Eau - Espace vert

Dans la ZAC des Rives-de-la-Haute-Deûle (Lille Lomme), la gestion des eaux de pluie, en surface, dicte l’organisation des îlots et des espaces publics. Au cœur du quartier, un jardin d’eau respire au rythme des précipitations. Installé face à l’ancienne usine Le Blan-Lafont, il fonctionne comme un bassin de stockage pour les crues. Les eaux viennent de deux canaux, aménagés de part et d’autre du bâtiment, qui ne peuvent, en raison du nécessaire contrôle du débit de fuite dicté par la Loi sur l’eau, s’écouler directement dans le canal de la Haute-Deûle. Avec les noues bordant les îlots, ces canaux déterminent l’identité du quartier et renvoient à la géographie de cet ancien marais. Le jardin installé sur une berge descend en douceur jusqu’au bassin, où des plantes assurent la phytoremédiation des eaux qui se déversent ensuite dans le canal de la Haute-Deûle.

Aménageur : Soreli. Maîtrise d’œuvre : Atelier de Paysages Bruel-Delmar ; Profi l Ingénierie, BET VRD ; Confluences, BET qualité des eaux (consultant) ; Guy Pilet, concepteur lumière ; AGH, BET haut débit.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

ANNE-SYLVIE BRUEL,paysagiste, Atelier de Paysages Bruel-Delmar

« Les eaux de pluie alimentent notamment deux canaux aménagés de part et d’autre de l’usine Le Blan-Lafont. Cependant, la mise en eau de ces canaux ne permet pas le tamponnement en cas de crue, et c’est donc le jardin d’eau qui assume cette fonction. L’état sanitaire de l’eau est réglé à partir d’études de pluviométrie : le taux de renouvellement de la masse d’eau a été calculé pour éviter son altération et son échauffement. La profondeur du canal (1,20 m) en découle. »

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X