Territoires Bordeaux

Un îlot urbain se greffe au centre-ville

L’agence d’architecture Leibar & Seigneurin (Bayonne, Bordeaux) et le promoteur girondin Vealis (groupe Porcheron) démarrent sur l’îlot Le Bouscat-Libération, aux portes de Bordeaux, une opération ambitieuse de près de 34 000 m2 SP comprenant 3 450 logements, 3 200 m2 de commerces et 4 280 m2 de locaux d’activité. Ce projet a émergé dans le cadre de l’opération « 50 000 logements » lancée sur les axes de tramway de la communauté urbaine de Bordeaux. Il porte sur les vastes emprises d’un îlot occupé par un concessionnaire Renault. L’îlot s’étend de chaque côté de la future station de la ligne de tramway pour l’instant bloquée par le tribunal administratif de Bordeaux, qui en a annulé la déclaration d’utilité publique en octobre 2014. Mais l’opération d’urbanisme est lancée. Il s’agit de recomposer le secteur et de le greffer à un centre-ville “ étendu ”.

Créer du lien avec le centre-ville.

Au cœur de l’opération, un petit espace métropolitain accroche l’actuel centre-ville à la future station de tram. « Pour nous, il s’agit à la fois de requalifier l’avenue de la Libération, de transformer son image, de relier le secteur au centre-ville historique par des lanières perpendiculaires, qui vont retisser du lien avec ce qui existe déjà », explique Xavier Leibar, architecte du projet. Le socle des immeubles, de part et d’autre du boulevard, accueillera activités, commerces, équipements publics (crèche), bureaux et stationnement.

Deux typologies émergent : sur la partie nord, les bâtiments de R + 4 à R + 8 bénéficient d’une grande surface. La partie sud est composée de bâtiments de taille plus modeste entourés de végétation dense, comme un jardin habité. Tous les logements sont traversants. Une attention particulière a été portée à la qualité des orientations. « L’épannelage dégressif et la distance entre chaque corps de bâtiment ont été étudiés pour limiter les vis-à-vis et les effets de masques, assurer l’intimité de chacun. La double ou triple orientation assure dans tous les logements un éclairage naturel direct dans les pièces de vie, quelle que soit la saison », précise Jean-Marie Seigneurin. L’offre de logements aux typologies variées répond aux nouveaux modes de vie : intergénérationnel, familles recomposées ou monoparentales, télétravail, cohabitations étudiantes. Last but not least, le stationnement discret, sous les espaces publics : « Chaque logement dispose de sa place de parking privé, mais celui-ci est intégré sous le socle des deux îlots principaux et sous le parvis public qui s’ouvre sur la station de tram. » Les premiers travaux seront lancés cette année. La commercialisation a débuté et les livraisons vont s’étaler entre 2017 et 2018.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X