Territoires Caen

Un hôtel en bois pour héberger les associations

Mots clés : Bois - Hôtels et pensions de famille

Afin d’accompagner le tissu associatif local rationnellement, la Ville de Caen a lancé la création d’un hôtel des associations qu’elle veut « moderne, fonctionnel et à faible consommation énergétique ». Cette création a plusieurs objectifs : en premier lieu, répondre à des besoins exprimés en locaux et espaces partagés, permettre une réelle équité dans l’attribution de ces derniers tout en favorisant les mutualisations et les synergies, réaliser des économies d’énergies, mais également libérer du foncier valorisable.

Le terrain choisi est situé dans le quartier de La Guérinière, qui fait l’objet d’un programme de renouvellement urbain (PRU). La maîtrise d’œuvre de cette opération, dont le montant est estimé à 3,456 millions d’euros TTC, a été confiée à l’agence caennaise Schneider Architectes & Urbanistes (mandataire), associée aux bureaux d’études Babin et Roptin et à CGF Entreprises. Notons l’intérêt qu’a suscité ce projet, pas moins de 64 équipes ayant candidaté.

Facilité d’assemblage.

Se voulant modulable, le bâtiment sera construit en bois, un matériau qui, outre sa qualité environnementale, permettra par sa facilité d’assemblage de répondre à un calendrier très serré puisque la remise des clés a été fixée à la fin du second semestre 2018. Il comprendra un hall d’accueil, de vastes salles de réunion, des salles polyvalentes, des espaces de coworking, des locaux de stockage et 800 m2 de bureaux. Une cinquantaine d’associations devraient s’y installer, libérant du même coup de la surface dans d’autres locaux appartenant à la Ville. Une équipe de cinq agents municipaux sera également présente en permanence sur place.

Après présentation de l’opération en conseil municipal le 19 septembre dernier, la Ville de Caen va désormais travailler en concertation avec les associations et l’agence Schneider dans l’objectif de valider un avant-projet définitif en février 2017. L’actuelle Maison des associations sera conservée. « A compter de 2019, elle fonctionnera comme une maison de quartier pouvant servir, le cas échéant, de lieu de réunion en centre-ville », précise Sophie Simonnet, maire adjointe chargée de la vie associative.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X