Architecture et urbanisme Equipement

Un gymnase simple et lumineux

Mots clés : Architecte - Établissements sportifs couverts - Sport

A Asnières (Hauts-de-Seine), la salle de sports Assia-El-Hannouni a ouvert ses portes aux écoles et aux associations en septembre dernier. Un lieu composé avec soin par les jeunes architectes de l’atelier O-S.

Un enfant passe sur le trottoir, sac de sport jeté sur l’épaule, et murmure : « C’est beau… » Le gymnase Assia-El-Hannouni, à l’angle de l’entrée ouest de la ZAC Bords de Seine d’Asnières, forme une boîte massive dont l’accès, abrité par un porte-à-faux, est en continuité avec l’espace public. En partie basse du gymnase, un large bandeau vitré se met à l’échelle du piéton tandis qu’en partie haute, un bardage métallique enveloppe le bâtiment.

Ces cassettes laquées dorées, perforées de petits carrés, donnent l’impression de vibrer. Dissimulées derrière elles, des rampes de diodes électroluminescentes (LED) animent les façades le soir. « La journée, le volume du haut réfléchit son environnement, la nuit il se passe autre chose qui élève la construction », explique Guillaume Colboc, architecte de l’atelier O-S aux côtés de Vincent Baur et Gaël Le Nouëne. « Nous sommes nourris de références sur la lumière, depuis l’art contemporain jusqu’au Strip de Las Vegas [le boulevard principal de la ville] », poursuit-il. En guise de filtre avec l’extérieur, des carrés translucides de 20 millimètres de côté, collés sur le vitrage du mur-rideau, répètent le motif des cassettes.

Structure apparente et sobriété

La structure béton porte une charpente en bois lamellé-collé. A l’intérieur, tout est laissé apparent : les bacs acier de la toiture, comme les poutres lasurées de blanc. Pour donner une unité esthétique à la salle, les architectes jouent la sobriété : teintes claires et murs couverts de panneaux perforés en plâtre. Vestiaires, bureau du gardien et locaux de rangement sont à l’arrière et sur le côté. Outre le bandeau vitré sur la rue, un autre en hauteur et un éclairage indirect zénithal rendent les lieux très lumineux. Pour obtenir les 16 °C réglementaires, des panneaux rayonnants et une ventilation naturelle suffisent.
La parcelle étroite accueille également des terrains d’évolution, de l’autre côté de la rue qui coupe le site. Pour concevoir un fragment de ville cohérent, les architectes ont travaillé à une écriture commune avec Dominique Hernandez (atelier Paysage et Lumière), leur ancien professeur à l’école d’architecture. Ainsi, ils rehaussent la chaussée afin que tout soit au même niveau et qu’une continuité naturelle s’instaure pour le piéton. Des murs plantés délimitent les activités tout en composant des séquences. Ou comment transformer une friche en véritable paysage urbain.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage : Ville d’Asnières. Maîtrise d’œuvre : O-S Architectes (V. Baur, G. Colboc, G. Le Nouëne, A. Louesdon, E. Moreau). Bureau d’études : Paysage et Lumière (paysage), Bethac (fluides), Mdetc (économiste), EVP (structure). Entreprise générale : Nord France Constructions. Surface : 1 001 m 2 Shon. Coût des travaux : 1,685 million d’euros HT (gymnase) et 1,259 million d’euros HT (aménagements extérieurs).

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X