Régions Paris

Un effort d’investissement stable en 2017

Malgré un contexte financier contraint – baisse des dotations de l’Etat et hausse des péréquations – l’exécutif parisien poursuit la mise en œuvre de son programme d’investissement de la mandature (PIM) tout en stabilisant les taux de la fiscalité locale. Celle-ci se traduit par l’inscription de 1,4 milliard d’euros de nouvelles autorisations de programme (AP) dans le budget primitif (BP) 2017, adopté le 13 décembre.

« Ces nouvelles AP, ajoutées à celles précédemment ouvertes totalisent près de 6 milliards d’euros sur les 10 milliards du PIM », a fait valoir Julien Bargeton, adjoint aux finances, lors du débat budgétaire. Les crédits de paiement s’élèvent à 1,690 milliard (+0,2 %) dont 1,106 milliard consacré aux dépenses d’équipement (travaux, acquisitions foncières essentiellement) et 468 M€ aux subventions d’équipement. Quant aux dépenses de fonctionnement, d’un montant de 7,864 milliards d’euros (y compris le financement de la péréquation), elles progressent de 1,2 %.

Financement de 7 200 logements sociaux. Le logement reste la priorité avec 443 M€ (dont 180 M€ au titre des acquisitions foncières) alloués au parc social. Cette enveloppe permettra de financer 7 200 logements sociaux en 2017. S’y ajoutent 12 M€ dédiés à la politique de l’habitat (lutte contre l’insalubrité, plan 1 000 immeubles, transformation des chambres de bonnes, dispositif Multiloc, etc. ). Ce BP 2017 se caractérise aussi par une forte hausse des crédits alloués aux aménagements de voirie (93,5 M€, + 60 %).

Côté recettes, la collectivité parisienne a cette année encore inscrit 292 M€ au titre du conventionnement du parc libre des bailleurs sociaux. Cette politique se concrétise par la conclusion de baux emphytéotiques en contrepartie du versement de loyers capitalisés. « Une dérogation interministérielle nous a autorisés à procéder à cette inscription », a indiqué Julien Bargeton. La Ville pourra aussi compter sur 300 M€ de cessions foncières dont 132 M€ pour la seule vente de l’immeuble Morland réalisée dans le cadre de l’appel à projets « Réinventer Paris ». Enfin, le recours à l’emprunt est fixé à 793 M€, ce qui devrait conduire, fin 2017, à une dette totale de l’ordre de 5,523 milliards, soit un taux d’endettement de 68 %.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X