Actualité Innovation

Un compacteur à pneus d’un genre nouveau

Mots clés : Innovations - Matériel - Equipement de chantier - Produits et matériaux

«Le compacteur à pneus est une machine lourde qui agit par le seul effet de sa masse, sans avoir recours aux vibrations. Ce compactage en surface est bien adapté pour les couches minces d’enrobé. Les pneus ont tendance à s’écraser et épousent la géométrie du sol, ce qui offre une surface de contact supérieure à la simple ligne d’un cylindre métallique. Le compacteur à pneus pèse de 20 à 24 t et travaille sur une largeur supérieure à 2 m. Il est en outre construit autour d’un châssis rigide dans lequel viennent se ranger des lests constitués par de l’eau ou du béton. » Récitant ainsi sa leçon, l’étudiant en travaux publics satisfait son examinateur et décrit parfaitement ce qu’est cet engin de travaux publics. Sauf que Bomag va dorénavant le faire mentir puisque la marque, filiale du groupe Fayat, lève le voile sur un tout nouvel appareil qui ne correspond plus du tout à la définition habituelle. Il s’agit d’une machine de seulement 8 t, dotée d’un châssis articulé. Mais à quoi peut-elle bien servir ? « C’est une idée qui nous est venue en observant les habitudes de travail américaines. Là-bas, ils apprécient particulièrement les compacteurs à pneus lors des opérations de gravillonnage. C’est vrai que c’est une machine bien adaptée aux enduits superficiels. Mais, dans ce cas, il n’est pas nécessaire de peser 24 t. Un engin plus petit et plus maniable est mieux adapté », explique Frank Védrines, directeur marketing chez Bomag France. Ainsi est né le BW 11 RH-5, une machine originale équipée de deux rangées de cinq pneumatiques, très maniable grâce à son châssis articulé et rapide puisqu’elle peut rouler jusqu’à 25 km/h. Sa transmission est entièrement hydrostatique, ce qui améliore la précision à vitesse lente. Et, surtout, cela supprime les problèmes liés à la surchauffe des freins, à l’origine de plusieurs accidents impliquant des compacteurs à pneus. « C’est un nouveau concept de travail. Donc, il va nous falloir convaincre les clients », admet Frank Védrines qui va cependant bénéficier de l’engouement actuel pour les enduits superficiels, une technique ayant le vent en poupe et pour laquelle cet engin est tout à fait adapté.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X