Autres Saint-Etienne

Un Chaudron de plus en plus vert

On n’entre pas à Geoffroy-Guichard comme dans n’importe quel stade. Surtout quand les idoles du passé sont encore de la partie. Quarante ans après une finale européenne sublimée, le Chaudron vert bout toujours. L’enceinte stéphanoise a gardé la même puissance acoustique. Ce stade à l’anglaise, dont les angles ont été fermés, donne toujours la chair de poule. Même quand on est perché au balcon du kop Sud. La courbe légèrement elliptique de ses gradins et la suppression de tout poteau contribuent à une meilleure perception du match. Toujours par souci de visibilité, la pelouse a été rehaussée de 30 cm. Avec 16 000 places sur un total de 42 000, les deux tribunes dans l’axe du terrain forment le plus grand kop de France. Et le plus bruyant, masquant quelque peu les annonces du speaker officiel.

En championnat, les dossiers des sièges sont escamotés dans leur coque en polypropylène d’un simple clic. Ils seront de la partie lors de l’Euro. Loin de l’ambiance turbulente des kops, le match peut se vivre de manière plus feutrée dans l’une des 37 loges qui courent le long de la tribune Pierre-Faurand, en surplomb ou de part et d’autre de la tribune officielle. Dans leur nouvelle configuration, les espaces réceptifs ont gagné en surface. 4 700 m2 sont disponibles, notamment entre le salon Platini et la Suite 1933, autres clins d’œil à l’histoire d’un club qui n’en finit pas de célébrer son passé. Pour les moins nantis, les buvettes et leurs dépendances toilettées jalonnent les dessous du stade. Elles sont accessibles par les nombreux escaliers et ascenseurs qui desservent chacune des tribunes.
A Geoffroy-Guichard, rien ne se perd. En journée, les rayons du soleil sont captés par des panneaux photovoltaïques installés au-dessus sur la toiture de la tribune Faurand. Lorsqu’il pleut, les eaux sont récupérées pour l’arrosage de la pelouse. Les huiles de friture sont aussi collectées sur place et à quelques kilomètres alentour pour alimenter le groupe électrogène qui assure l’éclairage du stade. Décidément, le Chaudron vert n’a jamais aussi bien porté son nom !
Il peut même rendre vert… de rage quand on voit des pseudo-supporteurs brûler des sièges par dépit sportif. Ou quand il s’agit de quitter en voiture l’un des nombreux parkings situés en périphérie du stade, à la vitesse de l’escargot. On se maudit alors de ne pas avoir choisi le site propre et la promiscuité bon enfant du tramway.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Capacité : 42 000 places. Montage : marché public. Maître d’ouvrage : Saint-Etienne Métropole. Maîtrise d’œuvre et BE : Chaix & Morel et Associés (architecte, conception), Arc’h (architecte exécution), Egis. Entreprises : Léon Grosse (mandataire du marché en conception-réalisation) et Entreprise Chazelle. Planning du chantier : juin 2011-janvier 2015 (mise en service). Coût des travaux : 77 M€ TTC.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X