Technique et chantier

Un chariot télescopique, simple mais performant

Mots clés : Matériel - Equipement de chantier - Travaux publics

Bâtiment. Les testeurs de Technique-TP livrent aux lecteurs du Moniteur leurs impressions après une journée passée aux commandes du chariot télescopique JLG 3614RS.

JLG, constructeur américain de nacelles élévatrices, fabrique également des chariots à portée variable pour le marché européen, dans une usine située en Belgique. Il a mis à notre disposition, sur notre terrain d’essai, son nouvel engin, le 3614RS, équipé d’un moteur Deutz turbocompressé de 102 ch, d’une transmission mécanique par boîte powershift à trois vitesses, avec passage sous couple, et de pneus Michelin Power CL. Il monte à 14 m, soit la hauteur classique d’un chariot télescopique utilisé sur un chantier de bâtiment, et soulève 3,6 t. Le pont avant, équipé d’un système autobloquant automatique, s’est tout de suite avéré très efficace. Le circuit hydraulique est entraîné par une pompe à engrenage à débit fixe. Le distributeur proportionnel, qui permet des mouvements simultanés de la flèche, est commandé par un monolevier en croix disposant d’une molette pour la fonction télescopique. Le joystick commande également la levée et la descente des stabilisateurs quand on appuie sur un bouton qui sélectionne cette fonction. Cette manière de faire est certes pratique, mais elle demande un petit temps d’adaptation. Cette version RS dispose d’une cabine à l’accès aisé, mais équipée du strict minimum. La flèche, centrée au milieu du châssis, est surbaissée, ce qui donne une excellente répartition des contraintes. Cette position basse du pied de flèche, associée à une cabine haut placée, procure une bonne visibilité générale, celle sur les fourches pouvant être améliorée par un dessin mieux pensé du tablier palettiseur. Le télescopage mixte, qui associe chaîne et vérins, a l’avantage de supprimer de nombreux flexibles et de permettre une vitesse de travail élevée. Nous avons été séduits par la stabilité générale de l’engin, ce qui est un critère de première importance pour un chariot à portée variable. En résumé, le chariot télescopique JLG 3614RS est une machine rustique, bien conçue et adaptée à un chantier de bâtiment. Pas d’accessoires superflus dans ce modèle dépouillé, qui vise ainsi les parcs de location.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

+ : Nous avons été séduits par la visibilité générale depuis le poste de conduite, qui améliore encore une prise en main vraiment facile. Côté déplacement, la garde au sol est généreuse, et le rayon de braquage, court (3,80 m), d’où une facilité de manœuvre, même sur un terrain abîmé. D’ailleurs, la commande de correcteur de dévers est souple, ce qui permet de corriger facilement l’assiette de la machine.

– : Une cabine réduite à sa plus simple expression présente des avantages en termes de prise en main, mais le peu de réglages du siège conducteur nuit au confort général. Attention également à la commande mécanique de frein de parc, mal placée. Si l’accès aux organes est bien pensé, celui aux différents réservoirs n’est en revanche pas commode. Dommage également que le design du palettiseur gêne la vue sur les fourches. Celui-ci nuit à une visibilité générale pourtant globalement bonne.

ENCADRE

Test du chariot télescopique JLG 3614RS

Entretien/service +
Confort cabine –
Visibilité générale +
Souplesse générale au travail +
Performance de poussée + +
Stabilité au travail + +
Commandes d’équipement –
Concept général de la machine +

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X