Régions Le Mans

Un chantier en mode turbo sur le circuit Bugatti

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Logement social - Monde du Travail

39 537 visiteurs se sont rendus au salon Artibat qui s’est tenu à Rennes (+ 0,9 % par rapport à la dernière édition).

Plus 0,1 % Evolution de l’emploi dans la construction au 2 trimestre 2016 dans les Pays de la Loire (+ 0,2 % au 1er trimestre).

1 600 logements sociaux devraient être livrés en 2016 dans la métropole nantaise.

En moins de trois semaines, la couche de roulement du mythique circuit Bugatti du Mans (Sarthe) a été entièrement rénovée. Au volant de cette opération « commando » réalisée pour le syndicat mixte du circuit des 24 heures du Mans (1) : Eurovia Atlantique Le Mans HRC, qui a mobilisé une cinquantaine de personnes du 10 au 27 octobre pour ce chantier exceptionnel.

Les précédents enrobés de cette piste de 4,185 km dataient de février 2004. « Depuis, nous avons réalisé des reprises qui ont créé de nombreux joints, cause d’inconfort pour les pilotes, et principalement les motards qui peuvent dépasser les 300 km/h à certains endroits », explique Laurent Bouchet, chef du bureau études routières au conseil départemental de la Sarthe et maître d’œuvre pour le syndicat mixte. « Aujourd’hui, nous n’avons plus que trois joints, extrêmement propres, sous la passerelle Dunlop, le Chemin aux bœufs et sur la finish line », précise-t-il.

Les travaux ont débuté par le rabotage général du circuit sur une épaisseur de 3 à 4 cm. L’entreprise France Rabotage a mobilisé deux engins de 2 m sur la piste et un autre de 1 m sur les accotements. Chacun d’eux était équipé de poutres laser d’une grande précision qui ont permis la reprise des petits défauts de la piste. « C’est une étape importante, commente Laurent Bouchet. Un contrôle complet de la piste et des rabotages complémentaires ont ensuite permis d’obtenir l’uni le plus parfait possible techniquement. »

Un bitume spécial circuits.

Les yeux rivés sur le bulletin météo, les équipes d’Eurovia ont posé une couche d’accrochage avant de lancer, le 17 octobre, la réalisation du tapis d’enrobés définitif. Trois finisseurs en pleine largeur ont ensuite été utilisés pour mettre en œuvre, sur environ 4 cm d’épaisseur, un enrobé BBMb « haut de gamme » aux caractéristiques mécaniques optimums (profondeur moyenne de texture de 0,7). Cet enrobé a été réalisé avec un bitume mis au point par Shell pour les circuits de course. « Nous avons supprimé l’aquaplaning mais, au final, seuls les pilotes pourront juger de la qualité du revêtement. Dans l’ensemble, ils devraient toutefois gagner 2 à 3 précieuses secondes », assure Martin Goureau, responsable sécurité de la piste.

Avec le marquage de la piste en peinture, la réfection complète des boucles de chronométrage et les travaux de finition en bord de chaussée, le montant total de l’investissement s’élève à 600 000 euros HT. Après avoir investi plus de 60 millions d’euros entre 2005 et 2011 pour moderniser et sécuriser le circuit, le syndicat mixte consacre environ 2 millions d’euros par an à l’entretien et au développement du site. Ces sommes investies profitent largement au territoire. Selon une étude d’Arnaud Chéron, directeur du pôle de recherche en économie de l’Edhec, « contrairement à d’autres sports, le taux de rentabilité des subventions publiques dans l’équipement circuit est très élevé, de l’ordre de x 10. »

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X