Territoires Mallemort

Un CFA agrandi pour doubler le nombre d’apprentis

Mots clés : Apprentissage - ERP sans hébergement

Après dix-huit mois de travaux, la profession des travaux publics a inauguré et ouvert les portes, le 9 septembre dernier, du nouveau centre de formation des apprentis (CFA) de Mallemort (Bouches-du-Rhône). Au sein de ce campus qui réunit le seul CFA régional TP et le centre de formation de la profession Emile-Pico, près de 5 000 m² de plancher supplémentaire (formation, hébergement-restauration, installations sportives) vont permettre de doubler la capacité d’accueil du CFA existant et de mettre progressivement en place de nouvelles formations. Pour les travaux publics, l’ambition, avec ce nouvel établissement, est forte : passer de 350 apprentis et contrats de professionnalisation en 2015 à 600 personnes formées en alternance à l’horizon 2019. Cette extension a été réalisée par l’architecte Corinne Vezzoni.

Investissement de 13,7 millions d’euros.

Dès cette rentrée, les formations en alternance en place (quatre spécialités en CAP, un bac pro TP, un BTS TP et un diplôme d’ingénieur) vont être complétées par un titre professionnel chef de chantier. Suivra la délivrance d’un BTS TP à Mallemort avec de nouvelles mentions complémentaires comme technicien en réseaux électriques. A terme sont prévus un bac pro maintenance de matériel TP et deux diplômes niveau bachelor.

L’équipement de 13,6 millions d’euros, implanté sur 4 hectares mis à disposition par la commune de Mallemort dans le cadre d’un bail emphytéotique, a été financé par le programme d’investissement d’avenir (5,7 millions), par le conseil régional Paca (4 millions), et par la profession (4 millions). Situé à la sortie de Mallemort en bordure de la RN7, le bâtiment signé par l’architecte Corinne Vezzoni fait à la fois écho aux fermes agricoles voisines – un grand corps de bâtiment flanqué de volumes plus bas, le tout organisé autour d’une cour centrale – et à l’activité des travaux publics, avec l’utilisation brute des matériaux. En effet, sans aucun parement rapporté, les traitements de surface des bétons varient simplement selon les lieux : rugueux au niveau du socle, lisses sur les étages et les toitures, polis à l’intérieur des salles…

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X