Régions aménagement

Un centre-ville plus convivial

L’équipe d’architectes urbanistes Obras veut « réenchanter » le cœur de ville de Saint-Etienne. Leur projet consiste à changer le caractère du nouveau plateau piéton du centre-ville ; il ne verse pas « dans le bling-bling mais reste dans la juste mesure d’un temps de crise », selon Frédéric Bonnet, architecte.

Après avoir bousculé les habitudes des Stéphanois en installant en juillet 2010 des bornes d’accès au centre-ville et des stations de location de vélos, la municipalité s’est fixée pour objectif d’embellir le nouveau plateau piétonnier. Trois axes structurent le projet en cours d’élaboration : l’accessibilité avec renforcement des modes de déplacements doux et fluidité des transports en commun ; l’attractivité commerciale ; la qualité de vie.

Réalisation des aménagements jusqu’en 2013

Pour fabriquer leur projet, Frédéric Bonnet et Marc Bigarnet, les architectes, et Jérôme Mazas, le paysagiste, prennent en compte la nature et la topographie singulières de Saint-Etienne qui n’offre pas de grande géographie, ni de grand paysage, mais des espaces serrés, des places à petite échelle apparentés aux différentes pièces d’une maison. A cette échelle domestique, les objets sertis ou posés, abribus, terrasses, bancs, pergolas, tiennent lieu de meubles qui contribuent à « rendre plus intime » cet espace public.
Une première intervention aura lieu en 2011 rue de la Résistance en bordure du nouvel espace piéton et dans les rues perpendiculaires où les trottoirs seront élargis. Autres exemples du travail d’Obras et de Jérôme Mazas, la place Dorian sera libérée de sa gare routière, végétalisée et rendue plus conviviale. Les jardinières – elles enserrent l’allée de tilleuls de la place de l’Hôtel-de-ville – seront supprimées pour faciliter l’accès à cet espace central qui restera le cadre de la Fête du livre et du marché de Noël. Les articulations entre les places Dorian et Chavanelle, entre les rues Michelet et du Grand Moulin, seront améliorées pour unifier davantage le plateau piétonnier.
La réalisation de ces aménagements urbains s’effectuera jusqu’en 2013. Elle intègre une culture de la fabrication d’objets appuyée sur les savoir-faire industriels et artisanaux locaux et régionaux en cours d’inventaire. Cette démarche est conforme « au principe d’économie, dans le bon sens du terme », selon Frédéric Bonnet. A savoir, peu consommateur de pierres mais de revêtements plus économiques, ni de lavande ou de thym incongrus dans l’environnement stéphanois. Un travail important sera également conduit sur les éclairages pour qu’ils ne dénaturent pas la nouvelle scénographie des lieux. Convaincu que toutes les villes qui ont rendu piéton leur centre ont gagné en dynamisme, Florent Pigeon, l’adjoint à l’urbanisme, assure : « Cœur de ville est un projet majeur de transformation de la ville dans l’esprit d’une ville durable agréable à vivre ». Dans le cadre d’une enveloppe budgétaire limitée, entre 10 et 12 millions d’euros.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X