Architecture et urbanisme Equipement

Un centre des congrès revivifie la ville de Mons

Mots clés : Architecte

Le MICX, centre des congrès de Mons (Belgique), a été dessiné par l’architecte américain Daniel Libeskind. Trait d’union entre la cité médiévale et son poumon économique, il s’intègre au projet urbain de revitalisation de la ville.

Sinistrée depuis la fermeture des bassins miniers dans les années 1960, la Ville de Mons a décidé, il y a une dizaine d’années, de redynamiser son économie, grâce à la culture et à l’architecture. Afin d’amplifier le rayonnement de la cité wallonne en Europe – et y attirer de nouvelles entreprises – la municipalité a missionné l’architecte catalan Santiago Calatrava pour réaliser le master plan d’un nouveau quartier reliant le centre-ville historique et son poumon économique. Implantés sur une étroite friche industrielle de 11 ha, coincés entre des voies ferrées et la rivière Haine, la future gare passerelle de Calatrava et le centre des congrès Mons International Congress Xperience (MICX) de son confrère Daniel Libeskind sont destinés à devenir les nouveaux emblèmes de la ville. Ils seront bientôt entourés d’un hôtel quatre étoiles, ainsi que d’immeubles résidentiels et de bureaux.

Mais à ce jour, seul le MICX de Libeskind, inauguré le 9 janvier dernier, se dresse au milieu de la poussière des chantiers. La façade, constituée de trois rubans en béton, verre, bois brut de robinier et aluminium anodisé, s’enroule autour d’un point central, avant de s’élancer vers le beffroi de Mons, classé au patrimoine mondial de l’Unesco. « Ce vortex symbolise la place du bâtiment au cœur du quartier et sa proue forme un trait d’union avec le centre historique », explique Daniel Libeskind.

Panorama sur la ville

À l’intérieur, les espaces névralgiques du MICX ont été disposés au centre dudit vortex : le forum, vaste hall d’entrée au rez-de-chaussée ; la mezzanine et les deux principaux auditoriums positionnés en miroir au premier étage. Le vocabulaire anguleux caractéristique de l’univers de Daniel Libeskind y est omniprésent. Les espaces secondaires – petit auditorium, bureaux, salles de réunion, espaces polyvalents – plus sobres dans les formes, sont relégués en périphérie. Mais le bâtiment n’est pas seulement centré sur lui-même. « Le MICX n’a pas d’arrière. Il est très compact et accessible de tous les côtés », explique l’architecte. La façade sud-est s’ouvre sur une esplanade publique qui donnera, à terme, sur la gare passerelle, tandis que la façade nord-ouest est bordée par un petit espace paysager sur les berges de la Haine. « Le rideau de baies vitrées du rez-de-chaussée ouvre le forum au regard des passants. L’objectif était de ne pas en faire une forteresse fermée, ce qui arrive trop souvent avec ce type d’édifices », souligne l’architecte. Les fenêtres panoramiques percées dans l’enveloppe font, elles aussi, entrer Mons au sein du bâtiment. « J’ai conçu le centre des congrès comme un panorama horizontal sur la cité historique, une liaison entre l’ancienne et la nouvelle ville », précise-t-il. Preuve de l’ouverture du projet sur l’extérieur, le vaste toit-terrasse végétalisé, accessible au public, qui offre une vue imprenable sur la colline montoise et son beffroi.
Un endroit très apprécié par Daniel Libeskind : « Vous vous imaginez ici, un soir d’été, avec cette vue ? Divin, non ? »

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage : Ville de Mons. AMO : Idea. Maîtrise d’œuvre : Studio Libeskind, architecte mandataire. H2a, architectes associés. BET : Neo & Idès (énergie), Ney + Partners (structure), Venca (acoustique). Principales entreprises : CIT Blaton (gros œuvre), Sotec Group (façades). Surface : 12 500 m². Coût : 30 millions d’euros.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X