Territoires Valenciennes

Un centre d’exposition et de congrès qui permettra de multiplier les événements

L’architecte Nicolas Chabanne (Chabanne & Partenaires) n’hésite pas à parler d’« un projet visionnaire, qui mêle expositions et congrès, ce qui est rare. Nous avons conçu un équipement modulable permettant potentiellement de ne refuser aucun événement ». Une des raisons qui a poussé Valenciennes Métropole à s’engager dans cette opération est précisément que « nous étions régulièrement obligés de délocaliser des manifestations », justifie Valérie Létard, présidente (NC) de la communauté d’agglomération.

Geste architectural fort, en résonance avec la Serre numérique de OIII Architecten, le futur centre d’exposition et de congrès du parc des Rives créatives de l’Escaut s’articulera autour d’une grande rue intérieure. Celle-ci desservira les principaux espaces : une halle de 1 850 m2 pour les expositions et les salons, trois auditoriums de 150, 300 et 800 places dédiés aux congrès, séminaires et autres conventions d’entreprise, enfin une nef de 2 400 m2 en mesure d’accueillir aussi bien une grande exposition qu’une rencontre sportive ou un concert, devant quelque 7 000 spectateurs.

Des tampons acoustiques.

Le bâtiment sera recouvert d’une dentelle de métal en suspension, canopée qui viendra donner sa cohérence au lieu. A noter que la centrale électrique et le château d’eau de l’ancienne usine Vallourec, fanaux du quartier, ont été intégrés au projet. L’isolation phonique des différents lieux les uns par rapport aux autres autorisera, en outre, une simultanéité d’usages. La polyvalence et l’interaction figuraient parmi les priorités du maître d’ouvrage, afin d’atteindre la meilleure rentabilité possible dans le fonctionnement de l’équipement, et donc de limiter son impact sur les finances publiques. Valérie Létard est fière de rappeler que le mode de financement en PPP (partenariat public-privé) n’est pas dans les habitudes locales. Valenciennes Métropole a su garder une capacité d’investissement. Un niveau d’endettement raisonnable et des subventions (dans le cadre du contrat de plan Etat- région notamment) devraient permettre de boucler le budget de 40 millions d’euros.

Course contre la montre.

Dans le même esprit, la maîtrise d’ouvrage a exigé un chantier rapide pour une livraison en fin d’année 2016. Une course contre la montre a donc débuté. Par exemple, la charpente sera lancée dès cet été en fabrication, simultanément aux opérations de terrassement. Les marchés de travaux ont été attribués à Ramery/CB Nord (gros œuvre), Eiffage Energie/Spie (flux), SDI/Décor Peinture (second œuvre), Santerne (chauffage, ventilation, climatisation, désenfumage, plomberie), AMG (scénographie) et Boscher (signalétique).

« Ce centre d’exposition et de congrès, c’est à la fois la volonté d’offrir un lieu de rencontre et d’échange à nos forces vives et l’opportunité de développer une industrie du tourisme d’affaires, pour laquelle il existe un marché réel », résume Valérie Létard. Pour faire tourner la machine à plein régime, Valenciennes Métropole a choisi de recourir à une DSP. Le délégataire sera choisi dès cet été avec l’objectif de lancer au plus vite la commercialisation.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X