Architecture Technique Equipement

Un centre culturel dédié à la vie sociale

Mots clés : Manifestations culturelles - Salles d'audition, de conférences, de réunion, spectacles ou à usages multiples

Le lumineux Quarto de Baud (Morbihan) s’installe en douceur dans le paysage et rayonne bien au-delà.

Les 6 000 habitants de la petite ville de Baud (Morbihan) disposent désormais d’un pôle culturel qui réunit, dans un même bâtiment, le Musée de la carte postale – Le Carton voyageur – et une médiathèque. Un auditorium de 80 places ainsi que des salles de réunion et d’activité pour les associations complètent le nouvel équipement. Entouré par les vallées de l’Evel et du Blavet, les forêts de Camors et de Floranges, Baud est située au centre du Morbihan, à 30 km de Vannes comme de Lorient. A l’écart du littoral, elle se trouve au croisement des axes Rennes-Lorient et Pontivy-Auray, une position qui lui assure une certaine dynamique économique et une croissance régulière de sa population. La réalisation du pôle culturel le Quarto répond à l’ambition municipale de devenir une ville culturelle de référence dans ce secteur, en proposant un lieu où passer du temps à l’abri, y compris les dimanches après-midi des saisons les plus fraîches. Inspirée du concept de « troisième lieu » – celui dédié à la vie sociale de la communauté par opposition à la sphère du foyer et à celle du travail -, la médiathèque est pensée comme un espace de rencontres et d’échanges informels où la lecture et la musique, entre autres, sont accessibles.

Construire la pente.

Le bâtiment est implanté en centre-ville, sur un terrain en dénivelé de 6 m. Il se déploie en cinq volumes et sur quatre niveaux qui viennent ainsi habiter la pente. « Ces volumes, de proportions similaires, correspondent à la répartition fonctionnelle des différents éléments du programme. Ils pivotent selon un angle de 20 ° afin d’ouvrir sur des vues dégagées, de chercher la lumière et de créer des espaces extérieurs intermédiaires », expliquent les architectes. Les baies vitrées alternent avec les pans de façade opaques réalisés en béton peint en blanc, nervuré à partir d’une matrice conçue pour obtenir des créneaux « rappelant la tranche d’un livre ». Ce traitement de façade, qui souligne la géométrie des volumes et leur articulation, affirme la singularité de l’équipement dans son environnement.

Parvis et belvédère.

Une entrée haute, rue du Pont-Clas, donne accès au point d’information tourisme et à l’accueil du musée situé au-dessus. Elle est précédée d’un parvis et prolongée en une terrasse-belvédère profitant de la surface du toit du niveau inférieur. Cette terrasse, exposée au sud, est en partie protégée par le porte-à-faux de l’étage supérieur. Une entrée basse, avenue Jean-Moulin, permet d’accéder de plain-pied à la médiathèque et à l’auditorium. Un jardin paysager la sépare de la voie de circulation. Il offre une vue en contre-plongée sur l’ensemble du bâtiment dont on peut ainsi apprécier l’implantation.

L’espace de la médiathèque, réparti sur les deux niveaux inférieurs, ouvre sur le jardin par de grandes baies vitrées. Les deux niveaux s’imbriquent pour dégager une partie en double hauteur et une autre en mezzanine. Elle s’organise en micro-espaces : atelier des ordinateurs, bibliothèque, espace du conte, consoles de jeux, chambre des romans, bureau des documentalistes, etc. Ces différentes séquences, marquées par un mobilier adéquat, et par endroits un cloisonnement partiel, proposent autant de possibilités d’activités susceptibles d’attirer des publics divers. En mezzanine, un imposant poteau vient rappeler le jeu des reports de charge et le lien entre les différents niveaux : support du porte-à-faux, il permet de libérer au maximum les façades avec une structure plus discrète en retrait.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Maîtrise d’ouvrage : commune de Baud. AMO : Séité/Amo Sapiens. Maîtrise d’œuvre : Studio 02 Architectes (mandataire) ; Anthracite 2.0, architecte associé (projet). BET : Egis (structure), CDLP (économiste), SerdB (acoustique), Prim’vert (paysage). Principales entreprises : Eiffage (gros œuvre), Colas (VRD), Cruard (charpente), Eiffage Energie (électricité). Surface : 1 500 m2 SU. Coût : 3,4 millions d’euros HT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X