Régions Haute-Garonne

Un campus de 35 000 m2 pour choyer les geeks

Au centre de la zone d’activités Innopole à Labège (Haute- Garonne), au sud-est de Toulouse, les 12,5 ha laissés vacants par Sanofi vont bientôt trouver une nouvelle destination. Acheté par la communauté d’agglomération du sud-est toulousain ( Sicoval) pour 8 millions d’euros, le terrain doit accueillir à la fin de l’année 2017 le nouveau siège de Sigfox, l’inventeur d’un mode de communication par voie hertzienne qui fait aujourd’hui le buzz.

Pour garder sur son territoire la start-up créée en 2009 par Ludovic Le Moan et Christophe Fourtet, le Sicoval a mobilisé toutes les forces. L’enjeu est le maintien sur son territoire des 40 entreprises et de leurs 500 emplois aujourd’hui réunis au sein de l’IoT Valley ou « Vallée des objets connectés ». Car le siège de Sigfox (6 000 m SP) est la première pierre d’un projet de cam-pus numérique de 35 000 m SP. Pour faire fructifier l’avance technologique acquise, attirer les meilleures « jeunes pousses » et toucher les grandes entreprises, l’association, financée à 75 % par des fonds privés (cotisations des adhérents, partenariats… ) et à 25 % publics ( Sicoval, région Occitanie, Etat) se développe. Depuis 2012, elle a doublé sa surface de travail, et s’étend désormais sur 10 000 m de bureaux. Mais cela reste insuffisant.

Un lieu d’échanges. Le besoin a été entendu par le Sicoval qui va aménager les terrains et vendre les droits à construire à des promoteurs. L’IoT Valley ne sera pas le propriétaire du lieu, mais sera la garante du respect de la philosophie et choisira les locataires. C’est elle aussi qui a demandé à l’architecte Jean-Paul Viguier de dessiner le futur campus. « Il doit favoriser les échanges et donner les moyens à des start-up, des grands groupes et autres entreprises innovantes de développer des projets faisant de Labège la référence européenne en termes d’objets connectés », rappelle Pierre-Olivier Bessol, CEO chez Ubigreen et vice- président de l’IoT Valley. « Ce sera un lieu ouvert sur la nature, détaille Jean-Paul Viguier. Une colonne vertébrale va tenir un ensemble de bâtiments qui s’y grefferont de façon déstructurée. »

Les premiers bureaux seront mis en service en 2018. Ils devront s’intégrer dans le plan-guide des urbanistes HDZ, mandatés par le Sicoval pour réaménager l’Innopole dans la perspective de l’arrivée du métro et de sa connexion avec la voie ferrée.

Dans cette logique d’échanges, l’IoT Valley a construit une offre d’ open innovation moyennant une adhésion annuelle entre 30 000 et 100 000 euros. « Ces partenariats vont permettre à de grands groupes de réfléchir avec des start-up à l’adaptation et à l’évolution de leur business model en utilisant l’apport de l’Internet des objets », explique le vice-président de l’IoT Valley. Le groupe de construction toulousain GA, le bureau d’études Setec et Engie font partie des 15 premiers signataires. GA s’est déjà immergé dans l’écosystème avec, comme axes de travail, la maintenance connectée, la sécurisation des données ou encore la gestion énergétique des bâtiments.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X