Territoires Marseille

Un bassin de 50 000 m3 sous le stade Ganay

Un bassin de rétention des eaux usées de 50 000 m3, capable de se remplir en une heure (14 m3/s de débit) pour soulager par temps de pluie la station d’épuration Géolide : c’est l’ouvrage souterrain hors norme qui est en train d’être construit à Marseille, sur l’emprise du complexe sportif Ganay, à proximité du boulevard Michelet. Sous celui-ci, chemine l’émissaire n° 1 du réseau d’assainissement de la ville (un ouvrage de 12 km entre Arenc et Cortiou, bâti à la fin du XIXe siècle) et, depuis peu, un nouveau collecteur vient se greffer sur cet émissaire pour recueillir les eaux lors des forts épisodes pluvieux.

Ce projet de 50 millions d’euros fait partie de la délégation de service public (DSP) assainissement, d’une durée de quinze ans, confiée en 2013 par Marseille Provence Métropole à Seramm (Suez Environnement), et du contrat d’agglomération passé en 2015 avec l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse. Enjeu : réduire de 1 million de mètres cubes par an les rejets d’eaux usées non traitées vers la calanque de Cortiou, dans le parc national des Calanques. L’opération a été confiée en conception-réalisation (marché de 45 millions d’euros HT) à un groupement piloté par Vinci Construction France.

Modélisation hydraulique.

« Il s’agit d’un chantier hydraulique urbain complexe, où la conception-réalisation nous a permis d’étudier très tôt, avec la maîtrise d’ouvrage et pratiquement à partir d’une feuille blanche, la solution la plus pertinente pour créer cette capacité de stockage à proximité de Géolide. Et de mener à bien ensuite, pendant plus de deux ans, les travaux avec les réponses techniques appropriées », souligne Yann Le Floch, directeur d’activité de Vinci Construction France.

La construction de cet immense ouvrage de rétention (56 m de diamètre, 30 m de profondeur, 4 000 t de ferraillage) a demandé au préalable une modélisation hydraulique, menée par Artelia et Safege, bureaux d’études. Pour le gros œuvre, la réalisation à l’hydrofraise de parois moulées d’un mètre d’épaisseur et un terrassement de 85 000 m3 ont été nécessaires. Pour créer le nouveau collecteur, un tunnelier, mis en œuvre par Bessac, a percé sur 300 m et à 10 m de profondeur, en suivant le tracé du boulevard Ganay un ouvrage de 3 m de diamètre qui intercepte l’émissaire n° 1 à Michelet.

Radier flexible.

« Nous devons également nous adapter au sous-sol de mauvaise qualité avec la présence de marnes gonflantes. Le radier que nous allons démarrer en avril, dont l’épaisseur va varier de 30 à 55 cm, pourra, en partie centrale, subir des déformations dues à la présence de ces marnes, de l’ordre de 3 à 4 cm », précise Yann Le Floch.

« Nous sommes parfaitement dans le calendrier et même actuellement en avance de plusieurs semaines. Tout le gros œuvre, avec le raccordement à la station Pugette, devrait être achevé à la fin de l’année. La phase équipement est prévue au 1er semestre 2017 et la livraison à la rentrée 2017. A terme, une fois le complexe sportif Ganay réaménagé en surface, seul un bâtiment de service de 400 m² sera visible de l’extérieur », ajoute Marc du Rostu, directeur agence travaux neufs de Seramm.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X