Produits Murs végétaux

Un bardage botanique intérieur ou extérieur

Mots clés : Bardage - Démarche environnementale - Produits et matériaux

Écologique et esthétique, le mur ou tableau végétal est un parement vertical planté toujours complexe à installer. Les techniques actuelles, apparues dans les années 1990 et 2000, sont au point. Une réglementation spécifique devrait voir le jour en 2016.

Verdir les nombreuses structures verticales de nos cités : façades, murs-pignons, palissades, clôtures, écrans acoustiques, piliers, surfaces taguées… tel est l’objectif du mur végétal, qui assure l’intégration du bâti à l’environnement et propose une nouvelle typologie d’espaces verts. Son premier atout est donc décoratif. Il confère un aspect paysagé, écologique, novateur, avec des couleurs, volumes et formes variables selon la saisonnalité des plantes qu’il abrite. Bardage intérieur ou extérieur, des plantations de tout type peuvent être mises en avant. Elles sont autant esthétiques (plantes vertes ou florales) qu’odoriférantes (herbes aromatiques, voire médicinales), ou gustatives (potager). Pour de nombreux concepteurs, c’est le moyen de réintroduire la botanique et la biodiversité dans la ville. Cela, à l’heure où les plans locaux d’urbanisme (PLU) des grandes villes, comme Paris, Lyon ou Brest, exigent que les constructions ou réhabilitations intègrent un coefficient de végétalisation. Car le mur végétal possède un fort potentiel dépolluant pour la cité : les plantes retiennent les poussières, piègent le CO2 et libèrent de l’oxygène. Il constitue également un excellent isolant phonique et peut servir à la réalisation d’écrans antibruit. Le substrat et le système racinaire ont un effet « ressort » qui absorbe les sons et réduit la réverbération en façade. Selon les tests réalisés par le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB), l’affaiblissement peut atteindre 61 dB et l’absorption 18 dB (classe A4).

De même, la couverture végétale – qui peut se poser sur une isolation extérieure – joue un rôle de régulateur et d’isolant thermique en amortissant les gains et les pertes de chaleur et d’humidité du bâtiment. À ce titre, les végétaux assurent une régulation hygrométrique et maintiennent une humidité relative constante et adéquate, surtout en cas de pluie.
Enfin, les murs végétaux protègent du rayonnement solaire direct et réduisent la température d’une paroi exposée au sud de l’ordre de 10 à 15°C selon les tests du CSTB. Doublés d’une...

Vous lisez un article de la revue CTB n° 340 du 13/03/2015
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X